IMAGINEZ BORDEAUX 2050 A-T-IL UN SENS ?

Alors que l'avenir se fait de plus en plus incertain en raison du réchauffement climatique et des milliers de réfugiés à venir, la montée de l'extrême droite en Europe et autres sujets d'inquiétude, qui peut prévoir ce que sera après-demain ? Quel sens donner à nos projections alors que philosophes et économistes tirent la sonnette d'alarme quant à de nouveaux conflits à venir… à notre porte? Est-ce pour faire oublier ce présent menaçant que l'on nous invite à imaginer …rêver Bordeaux 2050?
Il y a quelques années nous avons été invités à "imaginer Bordeaux 2030" ; qui peut nous dire où sont les applications sur le terrain du bouillonement d'idées que cela avait engendré ? 
Ne faudrait-il pas mieux agir dès maintenant pour faire face aux périls qui nous menacent: élévation des températures, pollution de l'air, des mers, des terres, inégalité et pauvreté croissantes….C'est à un nouveau paradigme économique et social que nous devons réfléchir plus qu'à de jolis équipements dont on est incapable de prévoir si dans plus de 30 ans ils feront sens…et si nous humains seront en mesure de les apprécier.
 En attendant on amuse le peuple…pour lui faire oublier l'impuissance de nos politiques à prendre des mesures courageuses pour inverser le cours des choses.

 

Première concertation sur le ré-aménagement de la place Recapet du 19 mars 2018

 

 

 

   Nous avons été accueillis par Fabien Robert-adjoint au maire- nous informant que le réaménagement de la place Recapet s'inscrivait dans la suite logique du nouveau plan de circulation du quartier et dans la continuité des nouvelles constructions sur le terrain du CFA 

C'est  une responsable de BX-métropole qui a ensuite, pris le relai pour faire  l'historique de la Place  qui est un bel exemple d’architecture « art-déco »

 

 Autour de tables rondes, chacune animée par un ou deux , voire 3 représentants de Bx-Métropole, qui ont invité les participants  à imaginer la place de demain en fonction des attentes et des besoins de chacun.

 

Ceci consistait à répondre au questionnaire déjà établi :

 

  • Des arbres soit sur la place, soit sur les trottoirs élargis (trop près des maisons) ??
  • Des bancs (nous avons les jardins des Barrières et Moulin d'Ars)
  • Élargir les trottoirs (ils sont assez larges et cela réduirait la place pour manœuvrer les voitures stationnées au milieu de la place)
  • Un marché régulier ? (celui de la Barrière de Bègles suffit, ce n'est pas loin)
  • Possibilité de faire des repas entre voisins ……

 

Ces propositions n’ont pas déclenché l’enthousiasme des riverains….

 

 

Nous pouvons d’ores et déjà retenir que les habitants désirent conserver les places de stationnement existantes et appréhendent l’afflux de voitures généré par les 185 logements en construction.  

                                                                                                                                  Peu de désirs précis sur la façon d’aménager la place ont été mis en exergue  , l’architecte paysager (table 1 ) a dû montrer des photos d’autres places de taille similaire réaménagées dans d’autres quartiers de Bordeaux.

 

           Une synthèse de chaque table va être faite et transmise par la mairie aux habitants du quartier en prévision des propositions qui seront présentées  lors de la deuxième concertation qui aura lieu au printemps.

                                       ———————–

Première concertation pour le ré-aménagement du jardin des barrières

Le 19 octobre 2017, cette première concertation s'est déroulée sous forme de tables rondes, chacune étant animée par un représentant de la mairie. 

Dans un premier temps il a été fait un état des lieux du jardin actuel et de l'usage que nous en faisons. 

Dans un deuxième temps nous avons formulé nos souhaits pour son ré aménagement. Il  a été fait une liste par table dont une synthèse va être faite et transmise par la mairie. 

Parmi ces souhaits nous pouvons retenir :

  • Plus de bancs 
  • Des tables de pique-nique 
  • Le ré-aménagement de l'aire de jeux des enfants avec des espaces différents selon les âges.(de la petite enfance jusqu'à l'adolescence) 
  • Des allées adaptées aux fauteuils roulants 
  • Plus de végétation à certains endroits (notamment en bordure des boulevards) 
  • Des heures d'ouverture plus tardives 
  • Un espace pour les chiens 
  • Éventuellement des toilettes 
  • La création d'un jardin partagé. Pour cela la mairie demande qu'une association se positionne comme porteuse du projet. 

La prochaine réunion aura lieu au printemps 2018. 

En marge de cette concertation, deux membres de Cauderes ont rencontré le responsable de l'EHPAD du Sablonat. Il leur a proposé de venir découvrir son parc boisé classé, ainsi que son projet afin de l'ouvrir sur le quartier.

 

LE STATIONNEMENT PAYANT S’IMPOSE DANS NOTRE QUARTIER

LE STATIONNEMENT PAYANT S’IMPOSE DANS NOTRE QUARTIER

Le stationnement payant qui faisait débat ces derniers mois en conseil de quartier (Voir gazette n° 30) est opérationnel dans notre quartier depuis la fin décembre – Merci Papa Noël – et sa mise en place ne se fait pas sans quelques grincements de dents. En effet, les habitants des communes contiguës à notre bout de quartier, Bègles et Talence ne voient pas d'un bon œil nos riverains se garer dans leurs rues, exemptes pour l'instant de stationnement payant.

En outre, Barrière de Toulouse, à l'extérieur des boulevards, les stationnements sont payants alors qu'intra-boulevards les riverains ont encore la possibilité de se garer gracieusement dans de nombreuses rues ce qui est source de « mal vivre ensemble » et ajoute à la confusion.

Face à la pénurie de stationnement chacun se rue le soir sur les quelques places disponibles ; dans certains quartiers huppés, des élus ont décidé de tester le stationnement sur le « bateau » de garage; espérons que cette tolérance s'étende à tous les quartiers sur le principe de l'égalité républicaine. De même, toutes les rues d'un même secteur devraient avoir le même traitement – payant ou non – et les tolérances au stationnement illégal (sur arrêt de bus, trottoirs, pistes cyclables …) et a contrario les verbalisations ne devraient pas être dépendantes du bon vouloir du maire-adjoint de quartier. Il en va de l'équité et de la solidarité pour tous applicable également à l'échelle des quartiers.

On densifie la métropole tout en oubliant qu'habiter ce n'est pas simplement se loger mais aussi, se distraire, se cultiver, consommer, se déplacer et aussi se garer car sans offre crédible de transports collectifs de qualité, de pistes cyclables sécurisées, la bagnole reste encore pour beaucoup et souvent les plus modestes à qui on fait payer le prix fort, un moyen incontournable pour se déplacer ! Gageons qu'avec ce type de mesures inadaptées, le rêve du petit pavillon de banlieue avec jardin et garage, consommateur de terres agricoles et d'équipements publics, qui séduit encore près de 80% des français attirera encore bien des familles ou retraités habitant nos quartiers saturés et sous-équipés.

Enfin, à la question pressante du stationnement de familles venues rendre visite aux leurs notamment pendant les fêtes sans offre de parking de proximité longue durée, la réponse s'est fait attendre … ou a été tout simplement mise sous l'asphalte ! Et le Père Noël a dû mettre de nombreuses pièces dans sa hotte pour garnir la tirelire goulue de l'horodateur sans relâche !

Face à cette situation, source de conflits d'usage, on déplore que la décision d'appliquer le stationnement payant n'ait pas été harmonisée au niveau de la Métropole (dates de mise en place, macarons pour 1 ou 2 voitures, tarifs variables selon les communes…etc.), de la commune, voire même du quartier ce qui créent des inégalités de traitement inacceptables. Un dispositif à revoir d'urgence et en concertation avec tous les habitants de la métropole.

 

Prochaine Assemblée Générale

Votre association de quartier tiendra son Assemblée Générale annuelle le mardi 9 février à 18h30 à la Pizza au 376 cours de la Somme (Barrière de Toulouse). Toute son équipe vous invite à la rejoindre.

Ordre du jour de la réunion

  • mot de la présidente
  • bilan moral et financier
  • dossiers d'actualité du quartier ( circulation et projet sur le terrain du C.F.A)
  • information sur la prochaine Bourse aux Plantes
  • questions diverses des adhérents et des riverains sur l'actualité du quartier
  • verre de l'amitié

Associations de quartier

ALIANCE 33
 
A la Barrière de Toulouse, l’association  Alliance 33  œuvre  depuis  quelques  années  dans  les bâtiments qu’occupaient jadis l’agence postale et la  Bibliothèque pour tous, cette dernière étant maintenant à Nansouty (au LAB, 279, cours de la Somme).
Si aujourd’hui nous  reparlons de cette  fort discrète association dont nous avions salué  l’installation dans le quartier, c’est que nous estimons que son travail  –  très délicat  – mérite d’être mieux connu. Son action s’inscrit dans le « vivre ensemble  » que nous défendons. « Vivre ensemble », c’est vivre ensemble jusqu’au bout. Cherchant à apporter des réponses et des solutions à l’un des débats les plus cruciaux qui soit au cœur de notre société, la fin de vie, Alliance 33 s’est donnée  la mission essentielle d’accompagner des personnes en fin de vie et de soutenir les endeuillées.

Pour garantir un encadrement structuré et un soutien vigilant, une formation initiale est proposée aux futurs bénévoles leur permettant de réfléchir à leur engagement. Une fois  accompagnants  de l’association, ils bénéficieront toujours d’une formation continue. Au sein de cette antenne locale, au 380 cours de la Somme, outre les réunions des membres de l’association et les sessions de formation des bénévoles, les personnes endeuillées sont reçues tous les premiers mardis de chaque mois.  
Un accueil du public est aussi assuré chaque mercredi de 11h à 16h. Le reste du temps, un répondeur relevé quotidiennement prend les messages. Contacts : 05 56 43 07 07 

Site internet : www.alliance.asso.fr
 
L’ACCORDERIE ET CAUDERES vous invitent à se rencontrer… échanger et partager.

Par ailleurs, l’heure étant à la mutualisation et au partage pour les associations, Alliance 33 accueille dans ses murs depuis novembre une permanence de  l’Accorderie  Bordeaux  Sud…  Charlotte, coordinatrice  de cette association d’échange  de services entre habitants vous  recevra le 2ème mardi du mois  entre  14H30 et 16H  comme elle a déjà reçu de nombreux résidents du quartier  intéressés de voir ce système d’échange gratuit, convivial et pratique se développer autour de la
Barrière. (Voir notre blog, gazette n° 28) contacts: 07 82 17 74 21
bordeaux@accorderie.fr – www.accorderie.fr/bordeaux/facebook.com/accorderie.bordeauxsud
 
Notre association CAUDERES prolongera cette permanence de 16H à 18H  ce 2ème mardi du mois en invitant tout un chacun à nous rencontrer pour échanger, s’informer, proposer des services… notre but est de favoriser les rencontres entre les habitants de la barrière, d’écouter leurs demandes, de recevoir leurs propositions en matière d’aménagement du quartier… de mettre en place  une sorte de conciergerie de quartier comme il en existe à Paris et dans d’autres grandes villes; à nous (à vous) d’être imaginatifs… et d’être participatifs. On vous attend nombreux!

Assemblée Générale du  » P’tit Bout de Quartier« 
Vendredi 23 Janvier,  l’association  « Le  P’tit  Bout  de  Quartier » tiendra son  assemblée générale extraordinaire  à 20h au 58
Boulevard Albert 1er. Cette association  vise à resserrer les liens entre les riverains de son « P’tit Bout de Quartier », située entre la Barrière de Toulouse et le Boulevard JJ Bosc. Pour plus d’informations, contactez-les à :  boutdequartier@orange.fr  ou laissez  vos  coordonnées  au  siège  de  l’association  (58  Bd Albert 1er, 33800 Bdx).  

CFA……. VERSUS….. CASTEJA

 Voilà exactement deux ans que les riverains du quartier Bre de Toulouse / Bld Albert 1er ont quitté la  2ème réunion de concertation concernant le devenir du terrain du CFA avec un sentiment mitigé. 

Notre actuel Maire de quartier, Fabien Robert, parlait d’« aménager cette immense parcelle dans l’intérêt du quartier» (article S.O 22/01/13) et nous étions bien d’accord avec lui. Il précisait aussi que le terrain d’1,8 h « pouvait accueillir une centaine de logements mais que la mairie ne souhaitait pas une densification intensive ». Là aussi, nous ne pouvions qu’approuver. 
Mais sommes-nous rassurés en apprenant deux ans après la rédaction d’un cahier des charges intégré à la vente pour tenir compte des préconisations des riverains, que la mairie devait freiner le promoteur qui comptait bâtir 220 logements ? En effet,  il est  très vraisemblable qu’au final ce seront 185 logements qui verront le jour  (conseil  de quartier, nov.2014). Où commence la densification intensive ?
 
Qu’en sera-t-il des stationnements supplémentaires  –  réservés aux riverains  –  demandés par notre association dans la proposition alternative soumise à la mairie  (voir  le blog de Cauderes), suite aux concertations qui nous avaient laissé sur notre faim ?  Quid  aussi  d’un  plan  de  circulation  qui permettrait de ne pas transformer davantage ce secteur en itinéraire bis ? Les occupants de ces nouveaux logements devront entrer et sortir de cet îlot : cela se fera-t-il bien par le boulevard, ou les petites rues avoisinantes devront-elles supporter ce flux supplémentaire ? Et la Place André Recapet et son harmonieux ensemble d’échoppes pourra-t-elle retrouver une vocation plus noble que celle de parking ? 
 
Si nous devons faire notre deuil de certaines des belles idées que nous avancions, celle d’une école par exemple  – en réhabilitant le bâti existant ce qui aurait permis de désengorger l’école Paul Antin ou Somme – nous ne comptons pas baisser les bras et continuerons à défendre l’essentiel : que ce projet soit un apport réel à la vie du quartier sur le  long  terme… que des  lieux de  rencontre entre nouveaux et anciens  résidents y soient aménagés, tels des jardins partagés, des aires de jeux ouvertes à tous les enfants du quartier, une traversée douce de l’îlot permettant de se croiser, de s’arrêter, de se rencontrer, de se parler, d’accéder facilement aux commerces de la route et de la barrière de Toulouse, bref de faire vivre le
quartier… 
 
Nous n’avons ni la chance ni le patrimoine de l’îlot Casteja (article S.O 31/10/14) sur lequel sont prévus en plus des logements, un foyer pour jeunes travailleurs, une résidence hôtelière, un parking souterrain et à la demande de la Ville une école maternelle. 
 
Même si nous devons, hélas, avoir des aspirations beaucoup plus modestes, nous comptons sur nos édiles pour qu’au moment de l’examen du permis de construire, ils usent de toutes leurs prérogatives pour l’élaboration d’un nouvel espace urbain ouvert sur l’extérieur permettant à tous les habitants de bénéficier d’un cadre de vie agréable. Ce que nous ne voulons  en  aucun  cas  c’est  un  ensemble enclavé de résidences privées, closes sur elles-mêmes ou tout non résident venu humer les fleurs ou se poser sur un banc ne sera pas le bienvenu.
Le permis de construire du projet immobilier déposé par le promoteur Pichet sera consultable à la cité municipale (4 rue Claude Bonnier) à partir du 15 mars.  

 

La Métropole de Bordeaux revendiquant fièrement une haute qualité de vie se construit aussi à la Barrière de Toulouse.  

BREVES DE QUARTIER

Le « city stade » Brun

Le stade Brun qui existait depuis 1951, espace de 8000 m² comprenant un gymnase et des
terrains de sport, a longtemps été fréquenté par les jeunes du quartier.
Il y a environ 10 ans les terrains ont été fermés en dehors des heures scolaires pour des raisons de sécurité. Récemment, la mairie a compris qu’il y avait un réel besoin dans notre quartier d’espaces publiques sportifs. Un City Stade (ainsi qu’on l’appelle aujourd’hui) a été aménagé; des clôtures assez hautes ont été installées sur certains côtés. L’accès en est  libre et gratuit et c’est ouvert 7 jours sur 7 de 8h à 22H, hors entraînements des clubs sportifs et des scolaires bien sûr . Les habitants du quartier y trouveront un terrain multisports, handball et basket-ball (équipement de plein air) alors… à vos ballons !

P1070814.JPG

Une passerelle au dessus de la voie ferrée ? Et si  les enfants allaient à l’école à pied ou en patinette par un chemin sûr au lieu d’être coincés dans la voiture de leurs parents dans les embouteillages du cours de la Somme… Si un passage pour les piétons et les vélos franchissait  la voie ferrée depuis la rue d’Aupérie ou l’Allée Vignolles vers la rue Pierre de Ladime comme il semble en avoir été question dans le passé, ce serait une bonne idée, non ?