Première concertation pour le ré-aménagement du jardin des barrières

Le 19 octobre 2017, cette première concertation s'est déroulée sous forme de tables rondes, chacune étant animée par un représentant de la mairie. 

Dans un premier temps il a été fait un état des lieux du jardin actuel et de l'usage que nous en faisons. 

Dans un deuxième temps nous avons formulé nos souhaits pour son ré aménagement. Il  a été fait une liste par table dont une synthèse va être faite et transmise par la mairie. 

Parmi ces souhaits nous pouvons retenir :

  • Plus de bancs 
  • Des tables de pique-nique 
  • Le ré-aménagement de l'aire de jeux des enfants avec des espaces différents selon les âges.(de la petite enfance jusqu'à l'adolescence) 
  • Des allées adaptées aux fauteuils roulants 
  • Plus de végétation à certains endroits (notamment en bordure des boulevards) 
  • Des heures d'ouverture plus tardives 
  • Un espace pour les chiens 
  • Éventuellement des toilettes 
  • La création d'un jardin partagé. Pour cela la mairie demande qu'une association se positionne comme porteuse du projet. 

La prochaine réunion aura lieu au printemps 2018. 

En marge de cette concertation, deux membres de Cauderes ont rencontré le responsable de l'EHPAD du Sablonat. Il leur a proposé de venir découvrir son parc boisé classé, ainsi que son projet afin de l'ouvrir sur le quartier.

 

Retour sur la Bourse aux plantes 2017

Une ambiance festive autour des stands d'échanges de plantes et de graines lors la 6ème édition de notre bourse aux plantes qui s'est déroulée le dimanche 9 avril au jardin du Moulin d'Ars :

 

Petits et grands ont pu apprécier les différentes animations qui se sont clôturées en musique lors de notre apéro-concert avec le groupe the David carroll.
 

Si vous souhaitez nous aider à la réalisation de la session 2018 merci de nous écrire : cauderes @ gmail.com

CHERCHE ESSAIMS D’ABEILLES

Christophe, l'apiculteur urbain que vous avez pu rencontrer lors de la Bourse aux Plantes du 9 avril vous indique la marche à suivre si d'aventure un essaim d'abeilles sauvages venait à s'installer provisoirement chez vous…. surtout n'appelez pas les pompiers mais appelez-le lui! Il relogera ces SDF!

 

LA POLLUTION : UN ENJEU DE SANTE PUBLIQUE

LA POLLUTION : UN ENJEU DE SANTE PUBLIQUE

En décembre 2016, nous avons connu des pics de pollution sans précédent (jusqu'à 8/10 le long des boulevards, d'après les données de l'Airaq paru dans Sud-Ouest) qui mettent l'accent sur une pollution que l'on subit à longueur d'année dans notre quartier zébré de grands axes et pénétrante ; sans compter la pollution sonore qui représente une gêne manifeste pour tous.

Cette pollution, responsable de 48 000 morts prématurées par an, du développement de maladies respiratoires telles que les bronchiolites et l'asthme notamment chez les jeunes enfants devient un véritable fléau de notre société carbonée qu'il convient de prendre à bras le corps sans attendre à l'instar du tabac et de l'alcool.

Or, à l'évidence, on ne voit pas de plan d'urgence à l'horizon 2017, notamment dans nos quartiers pour améliorer la qualité de l'air qui est pourtant un droit reconnu pour chaque citoyen de respirer un air de qualité (Loi sur l'air,1996). C'est notamment sur la base de cette même loi que nous avions en d'autres temps ferrailler pour empêcher l'ouverture d'un mac-drive, source de circulation et pollution supplémentaire sur une route de Toulouse qui accueillait déjà 25000 véhicules/jour. Et maintenant, nous subissons cette double peine olfactive et sonore par manque de prévoyance de nos édiles.

Il est urgent d'agir et nous proposons que ce nouvel impôt généré par le stationnement payant soit utilisé afin de combattre cette pollution et non pour quelque égoarchitecture ou événement médiatique. Nous demandons des pistes cyclables sécurisées sur les Boulevards, Cours de la Somme et route de Toulouse et la mise en place des bus à haut niveau de service (les fameux BHNS) sur ces grandes artères. De plus, des parkings de proximité doivent être prévus ainsi que la possibilité pour les riverains d'acheter ou louer un parking à moindre coût dans les nouvelles résidences. Et ce n'est pas demain …dans 5 ans voire 10 ans mais maintenant que ces projets doivent être présentés dans les conseils de quartier. Il est plus que temps de concrétiser sur le terrain les belles paroles et promesses électorales…Il en va de la santé de tous et notamment des plus fragiles.

LES INCROYABLES COMESTIBLES

Connaissez-vous les buttes des Incroyables Comestibles du Jardin d’Ars ? Ces drôles de buttes ont été mises en place le 24 mars 2013 lors de notre bourse aux plantes et voilà à quoi ça ressemble :

2014-10-01-19.58.58.jpg 
   

 

Si vous avez envie de participer aux activités d’Incroyables Comestibles près de chez vous, pour cultiver les buttes du jardin d’Ars, au 4 route de Toulouse; inscrivez-vous à la mailing liste « buttes potagères jardin d’Ars »  : 

incroyablescomestibles_bordeaux@yahoo.fr.

 

Venez lors d’une des animations au Jardins d’Ars qui auront lieu le 2e dimanche de chaque mois dans l’après midi sauf
indisponibilités (elles seront annoncées d’un mois à l ‘autre).

D’autres rues plaisamment végétalisées…

Rue Brian rue-brian.jpeg

                                                                                rue-ste-genevieve.jpeg Rue Ste Geneviève rue-mazarin.jpeg                                                                                           Rue Mazarin

Rues Végétalisées

P1050679.JPGTout le long de la rue Blaise Pascal, des roses trémières…

Rue de Ségur , une belle façade  …..rue de ségur

P1050674Rue Faidherbe, ce sont les riverains qui ont construit  et fleuri les jardinières…P1050675 avec l’aide de l’association

« Des jardins, des voisins ».                                             

 

 

 

 

rue leberthon De la verdure rue Leberthon et rue de Guillot, un modeste pot de fleurs…P1050665-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la rue Grateloup , des installations fleuries ont été mises en place par la ville de Bordeaux….

 

 

 

 

P1050684

 

P1050686.JPG

Square Jean Mermoz

mermoez4.JPG 

Suite à la démolition d’un atelier municipal inexploité, notre quartier va bientôt disposer d’un véritable espace vert de 1600m², rue Jean Mermoz, à l’abri du bruit et des pots d’échappement. Enfin, un

espace où il fera bon se reposer, prendre un bouquin ou encore accompagner enfants et petits- enfants auprès des jeux mis à leur disposition. Il servira aussi de lieu de RV pour les AMAP de Nansouty et disposera d’un mur-écran pour organiser des projections de films en plein air…de belles soirées festives aux beaux jours en perspective…

Ce futur lieu de convivialité a fait l’objet de 3 ateliers de concertation organisée par la Ville de Bordeaux pour aboutir à un projet séduisant dont les travaux d’aménagement débuteront dans le courant du mois de décembre pour une durée de quatre mois (coût total : 190 000 euros). Ce jardin ouvrira ses portes au printemps prochain.

Pour en savoir plus, consultez notre blog où vous verrez les aménagements et plantes qui agrémenteront ce jardin et pour toutes questions, contacter le service Aménagements Paysagers au 05 56 10 25 42.

 

 

 

LA NATURE DANS LA VILLE

 Alors qu’une population de plus en plus nombreuse désire s’installer en Gironde, nos élus favorisent une densification des centralités notamment dans la CUB afin de limiter l’étalement urbain, grand consommateur d’espace agricole. Or cette densification sur les dernières friches, espaces non bâtis et autres « dents creuses » limite la création d’espaces verts alors que le désir de « nature » n’a jamais été aussi fort; un vrai besoin que les habitants n’hésitent plus à afficher et qui se déclinent sous des formes très variées mais qui ont pour tous la même finalité: S’AERER ET SE DETENDRE  pour lutter contre un stress de plus en plus présent.

Ainsi aux 50 000 logements désirés le long des voies du tramway se répondent les 55 000 ha de nature à préserver dans la CUB pour donner ce « poumon » indispensable à la métropole bientôt millionnaire.

Oublié le « tout minéral » qui faisait florès il y a une dizaine d’années ; oubliées les déclarations tonitruantes lors de conseils de quartier sur « la campagne à la ville» invitant les citoyens amateurs du chant des oiseaux à s’exiler hors de la ville. De « ringards », les amoureux des arbres, herbes et petites fleurs, sont devenus « branchés ». La nature retrouve enfin sa place dans la ville. On lui reconnaît même une fonction sociale : elle participe du « vivre ensemble » assurant le lien entre les habitants, favorisant les rencontres.

On débat sur les herbes qui poussent entre les pavés : mauvaise herbe ou à protéger ? On végétalise les rues en installant des jardinières sur les trottoirs et en laissant pousser des grimpantes sur les façades. (voir photos de rues végétalisées sur notre blog). On fait la chasse aux herbicides et pesticides. On distribue des composteurs aux habitants pour recycler les déchets verts…

La nature comme réponse à la crise…un remède sain et solidaire pour une société en transition en recherche d’un nouveau modèle ?

 

Article paru dans le journal cauderes n° 26

La route de Toulouse entre béton et voirie…

toulouse.png

Vous l’aurez certainement remarqué, les immeubles poussent comme des champignons le long de la route de Toulouse. Les friches et derniers espaces vides laissent place à des immeubles de belle hauteur alternant avec un tissu d’échoppes et de commerces alignés à l’horizontale, typiques des entrées de ville.

Quelle visibilité donnée à cet enchevêtrement de masses inégales ? Où est l’intégration dans le paysage urbain ? Où poser son regard ? Tout est rupture de lignes et de formes…

Où sont nos urbanistes et paysagistes si prompts à imaginer la ville de demain lors des colloques ou biennales d’architecture ? Auraient-ils abandonné la partie préférant les espaces vierges de toute construction pour laisser libre cours à leur imagination ? Et les maires des communes riveraines de cette pénétrante auraient-ils démissionné de leur charge en laissant toutes les « dents creuses » à la promotion immobilière ? Cela sous prétexte d’un tramway qui arrivera bientôt près du pont de la Maye – ce qui autorise une densification maximale le long des axes – mais qui ne circulera pas sur la route de Toulouse. Cette dernière est une des principales pénétrantes de Bordeaux dont le trafic est déjà très dense (+ de 25 000 véhicules / jour) et la circulation des transports en commun ralentie. Quant à la circulation des vélos, elle est très faible vu la dangerosité de la voie. Nos décideurs auraient-ils oublié ces réalités ?

Comment se feront les déplacements quand se déverseront des centaines et des centaines de nouveaux véhicules ?

Il faudra être très imaginatif pour donner une alternative crédible à l’automobile sous peine d’asphyxie de cette artère majeure et de saturation des voies secondaires. Il va falloir faire des choix courageux lors de l’élaboration du plan de restructuration de la route de Toulouse pour favoriser les déplacements doux et ainsi inciter les riverains à laisser leur voiture….avant que la pollution (responsable de 30 à 40 000 morts par an dans l’hexagone) atteigne des records et nous fasse encore passer pour les mauvais élèves auprès de l’Union Européenne avec pénalités à l’appui.

Article paru dans le journal cauderes n° 26