Notre compte rendu du forum de paroles /Bordeaux Sud

Le 5 décembre, Salle Son Tay, un forum était proposé par Mr Alain Moga aux habitants des différents quartiers de Bordeaux-Sud. Pour y assister, encore fallait-il que ceux-ci aient été au courant. Le découpage du quartier de la barrière de Toulouse et du boulevard Albert 1er et le regroupement  avec le quartier St Jean est tellement bizarre que non seulement des riverains susceptibles d’y assister ne sont pas au courant de ces forums mais que les mairies de quartier elles-mêmes continuent à orienter les habitants tantôt vers les conseils de Nansouty/ St Genès  tantôt vers ceux de St Jean, parce qu’elles s’y perdent … c’est dire si le découpage est aléatoire.
Le journal Sud-ouest, en date du 7 décembre proposait  un article sur ce dernier forum de paroles sous le titre «  Nuisances au menu du forum de quartier ». Nous vous y renvoyons.  L’article ne pouvait certes évoquer tous les problèmes soulevés ce soir-là mais aucun de ceux concernant la barrière de Toulouse n’ayant été rapportés nous vous proposons de réparer cet oubli . Voici donc les questions de membres de l’association ce soir-là, les réponses de Mr Moga et les commentaires que ces réponses nous ont inspirés.

Q : Où en est le nouveau plan de circulation dans notre quartier du secteur compris entre la route de Toulouse Bd Albert 1er ? A-t-il été remanié  depuis qu’il a été soumis en octobre aux riverains ? Sera-t-il à nouveau proposé aux riverains avant d’être adopté ?
R : Le plan de circulation côté rue d’Aupérie – puisqu’il y en a un aussi-   est accepté par la mairie et la CUB – il est acté ; celui concernant le secteur entre Route de Toulouse et Albert 1er est  en cours d’étude à la CUB et devrait être mis en place comme prévu mais on ne sait quand. 

Commentaire : c’est flou comme réponse; si du côté de la rue d’Aupérie quelqu’un en sait plus que nous et peut donner des précisions, qu’il n’hésite pas à nous écrire : cauderes@free.fr
Quand à l’autre projet, il ne semblait pas mal mais devait encore évoluer .

Q : La dernière fois, en octobre quand suite à l’affichage d’une déclaration préalable au 6, boulevard Albert 1er , un  projet d’antennes relais de téléphonie mobile avait été évoqué devant vous par une riveraine, vous n’étiez pas au courant ; maintenant qu’en est-il des demandes des associations et du collectif ? 
R/ Effectivement . Cette fois-ci c’est Free. Tout le monde a des téléphones portables et la mairie ne peut s’opposer à l’implantation d’antennes du fait d’une décision du Conseil d’Etat prise en novembre – seule possibilité, interdiction sur et autour des écoles car la mairie respecte les normes de sécurité. Par ailleurs, les collectifs Amédée St Germain et Albert 1er seront reçus par J.Louis David, adjoint à la Salubrité et Mme Touton, adjointe à l’Urbanisme.

Commentaire : cette fois-ci, Mr Moga est au courant, c’est déjà ça  .. mais pas d’argument, pas de discussion. Et puis cette décision du Conseil d’Etat tombe drôlement à pic. Rappelons que la mairie de Bordeaux avait donné son autorisation d’implantation des antennes AVANT cette décision , sans aucune consultation des riverains. Voir notre article : « Des antennes sans relais » et notre dossier que nous mettrons sur ce blog dans les prochains jours.
 
  Q : Où en est-on sur le dossier du  Centre de Formation des Apprentis et son terrain ? Les riverains sont-ils assurés d’être concertés, en amont, sur le vaste projet qui se dessinera sur cet hectare et demi ? 
R : La démolition des bâtiments actuels surviendra d’ici 3 ans – L’appel d’offres n’est pas encore fait.
La Chambre des métiers, dont dépend le CFA,  attend un permis à Bordeaux Nord pour terminer le déménagement de tous les étudiants là-bas. Ici, les habitants concernés seront consultés en amont, c’est sûr.

Commentaire : Vous vous rappelez ce joli petit slogan ?  « A Bordeaux,  sans vous rien ne se fait » Nous  n’avons pas oublié et nous comptons fermement sur nos édiles pour lui donner tout son sens .
N’en déplaise au journaliste de Sud Ouest, il n’a pas été question que de crottes de chiens et d’étourneaux à ce forum…mais des sujets qui volaient nettement plus haut, à la hauteur des antennes relais .

Forum de paroles et conseil de quartier à venir

Comme le savent les habitants des alentours de la Barrière de Toulouse, notre quartier est malheureusement divisé en deux : le quartier de Bordeaux Sud dont le maire adjoint est Alain Moga et le 5ème quartier dont  Fabien Robert est le maire adjoint …ça ne simplifie pas forcément les choses pour les citoyens mais c’est ainsi …
Nous informons donc nos concitoyens de Bordeaux Sud ( côté des numéros pairs du cours de la Somme! ) que leur prochain conseil de quartier se réunira le:

Lundi 16 mai 2011 à 18h30
Chapelle du CROUS

18, rue du Hamel
 


mais qu’auparavant se tiendra un forum de libre expression consacré à ce quartier le:

Mercredi 11 mai 2011 à 18h30

Union Saint-Jean
97, rue Malbec
 

Nous essayerons à l’avenir – dans la mesure de nos disponibilités -de vous proposer sur ce blog même notre compte-rendu de chaque  forum éventuellement complété par les messages que vous voudrez bien nous envoyer à:  cauderes@free.fr.
En attendant les conseils de quartier « nouvelle formule »(cf gazette cauderes n°22) qui seront d’abord mis en place dans le 5ème quartier, nous ne participons pas en tant qu’association à ces conseils où nous avons le sentiment d’assister à un show et de perdre notre temps. En revanche, le forum de libre expression nous intéresse et  nous faisons tout notre possible pour y être présents,
les problèmes de nos concitoyens nous concernant, y compris ceux qui nous auraient échappé .
Nous attendons vos questions ou remarques afin d’ouvrir le débat dès aujourd’hui!

DES CONSEILS DE QUARTIER EN COURS DE REVISION….

 Depuis 2003, nous le répétons à l’envie (lire sur notre blog les gazettes n°8 septembre 2003 et n°13 juin 2006), les conseils de quartier, ce n’est pas participatif mais directif et soporifique. On ose même vous l’avouer, on les avait quelque peu boudés car bien que parmi nos membres nous comptions des citoyens forts zélés, soucieux de démocratie participative, peu étaient volontaires pour répondre à l’invitation de nos édiles.

En effet, le menu imposé, déroulant le même rituel 2 fois par an est devenu indigeste :

Pour les élus, la communication, la mise en scène de leur politique et une tribune pour l’expression de leur autosatisfaction, pour les citoyens la frustration, l’ennui, le sentiment d’avoir perdu leur soirée et la crampe au bras pour avoir gardé la main levée 30 minutes durant dans l’espoir de prendre la parole. Et tandis que les uns se congratulaient de l’excellence de beaux projets déjà ficelés, les autres bien las tentaient de garder l’esprit ouvert sous le feu nourri de chiffres et de pourcentages.

Il aura fallu qu’un journaliste s’ennuie plus que de coutume et l’écrive le lendemain dans

Sud Ouest  pour que l’essoufflement de cette formule soit officiel, ouf ! Et que l’on amorce une réflexion – en invitant les citoyens à y participer – chouette !

Nous sommes enchantés qu’élus et employés municipaux soient enfin parvenus à la même conclusion que nous… même s’il a fallu le temps… les conseils de quartier ont besoin d’une complète remise à plat.

C’est dans le 5ème quartier que Fabien Robert a récemment réuni un certain nombre de citoyens et de représentants d’associations pour réfléchir toute une soirée à une nouvelle mouture de ces conseils.

Un nouveau mode de fonctionnement pourrait être proposé à la fin du 1er trimestre 2011 au maire qui tranchera.  

Espérons tout d’abord qu’on ne se contentera pas de cette amorce de réflexion engagée par les maires adjoints des 5ème et 4ème quartiers, et que celle-ci se poursuivra de façon approfondie avec le concours des citoyens. Espérons enfin que les actuels engagements du maire ne l’empêcheront pas de se pencher sur cette question de démocratie participative. Il ne s’agira pas au final de resservir au citoyen la même chose dans un emballage flambant neuf.

A condition que ces nouveaux conseils de quartier répondent véritablement aux attentes des citoyens, nous participerons et inviterons chaleureusement nos concitoyens à y prendre une part active.

 

DES CONSEILS DE QUARTIER AU RAS DES TROTTOIRS

 Invités au conseil de quartier Nansouty – St Genès – place Simiot – barrière de Toulouse qui s’est tenu au stade Brun le 11mai 2006, nous nous y sommes rendus, ayant au préalable envoyé quelques questions relatifs aux projets d’aménagement de notre quartier. …qui sont restés sans réponse.

Or selon les documents distribués à l’entrée sur l’histoire des conseils de quartier et vantant les mérites de la concertation mise en place par la mairie, pas un aménagement n’est fait, pas une décision n’est prise sans concertation!!!

 Pipi, caca, popo…potelets

Après quelques discours remplis de congratulations, nous sommes passés aux choses sérieuses!!!! Et ces choses qu’à la rigueur nous aurions aimées « au ras des pâquerettes »…évoquant l’aménagement d’espaces verts, de pistes cyclables…il a fallu nous contenter « du ras des crottes de chiens »! Pendant plus d’une heure, il n’a été question que de poubelles, propreté et …potelets! pour terminer sur le projet Bergonié.

Peut-on avoir à redire sur les projets d’une fondation?

Pour notre quartier, les projets en prévision sont la réfection du tapis de la rue de Cauderès, ainsi que l’aménagement des trottoirs à la Barrière de Toulouse pour permettre la traversée par les handicapés qui pour l’instant peuvent descendre le trottoir mais ne peuvent pas monter sur le trottoir d’en face.(coût 20000 euros et ce pour 2007).

Bref…Ignorés la disparition des équipements collectifs de proximité comme la poste et la bibliothèque. Rien sur les aménagements nécessaires à l’afflux de population nouvelle consécutive à la délivrance des nouveaux permis de construire, aucune projection sur le devenir du quartier.


Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes !

De même, pour le conseil de quartier de St-Jean – Belcier – Carle Vernet – Albert 1er: après les « autogrontulations » d’usage et une autosatisfaction fièrement affichée, la concertation s’est réduite à une simple information où il est simplement demandé aux habitants d’approuver des décisions déjà prises.


Rien à Bordeaux ne se fait sans votre avis !

Et pourtant les habitants présents se sont vus remettre un dossier où il est clairement écrit que « rien à Bordeaux ne se fait sans votre avis ; de toutes parts, on vous demande …..sur le terrain ou en tête à tête ». il est par ailleurs spécifié que lors des conseils de quartier « tout le monde s’assoit autour de la grande table en U et les dossiers sont discutés sans retenue ». Certes, on discute sans retenue des poubelles non rentrées et de diverses incivilités, mais jamais des sujets qui « fâchent » comme le mac drive de la barrière de Toulouse, par exemple.


Dans le dialogue et le partage des idées !

Il existe même des ateliers autour d’un projet d’aménagement de quartier où l’objectif affiché est « d’aborder tous les aspects du projet et de le modifier en amont pour répondre aux besoins des habitants et des commerçants du quartier ». Or, les habitants du quartier découvrent sur les panneaux d’affichage les différents permis de construire qui dégradent le paysage urbain de leur quartier depuis des années sans en avoir été informé au préalable : résidence Sirius, projet Aquitanis, projet sur l’ancien « Remar »


Une force de concertation rapide !

Quant à la « force de concertation rapide  qui vise à répondre en 24h ou 48h à une situation critique ou conflictuelle » elle ne doit pas lire les nombreux courriers adressés à la mairie, ni lire Sud Ouest ou encore regarder les télés locales !

Article paru dans le journal Cauderes N° 13 (juin 2006)

CONSEIL DE QUARTIER DE LA BARRIERE DE TOULOUSE

Lors du dernier conseil de quartier Nansouty / Saint Genès / Simiot/ Barrière de Toulouse, qui s’est déroulé le mercredi 23 novembre 2005 les élus et habitants ont pu aborder les différents problèmes concernant la vie de leur quartier (sécurité, propreté, espaces verts, projets et réalisations…) mais pas un mot sur la barrière de Toulouse…..

Nos représentants ont donc cherché à comprendre pourquoi ils avaient reçu une belle invitation qui visiblement ne les concernaient pas. Ils s’en sont donc inquiétés auprès des édiles présents. Ils furent étonnés d’apprendre qu’en fait, notre barrière est divisée en deux conseils de quartier, la « ligne de démarcation » étant la route de Toulouse. 
 Une partie serait rattachée au quartier Nansouty, Saint Genès et Simiot et l’autre au quartier Albert 1er, Belcier, Saint-Jean…Ils ont donc demandé la réfection de la chaussée, rue de Cauderes, qui comporte de nombreux « nids de poule ». Ils ont également signalé le trottoir défoncé, route de Toulouse, à hauteur de la résidence Balzac, qui a provoqué la chute d’une personne âgée, dont les blessures se sont avérées fort heureusement sans gravité .

Pour tous les projets, aménagements et réalisations, il faut s’adresser « en face », c’est à dire au Conseil de Quartier Belcier, Saint-jean….pour lequel, jusqu’à présent, nous ne recevons pas d’invitation! Ainsi, nos représentants n’ont pu aborder le problème du futur mac drive, ni de la saturation de l’école Somme et de sa cantine, ni du stationnement sauvage sur les trottoirs, ni de l’absence d’équipements collectifs…..

Au lieu de partager un quartier, il serait souhaitable au contraire de renforcer son identité afin qu’il y ait une cohérence dans les problèmes traités et les choix retenus….

Le 21 avril 2005, à l’initiative de l’association « du droit des piétons » une visite sur le terrain a réuni élus, techniciens et associations (Droits du piéton, handicapés (GIHP), vélo-cité, et CAUDERES) pour apprécier la sécurité du cheminement piétonnier dans notre quartier. Après avoir constaté un nombre important de voitures stationnées sur les trottoirs mettant en danger cyclistes et piétons, Ils ont relevé un traitement différencié des trottoirs du carrefour de la barrière de Toulouse.  En effet, Le piéton handicapé a pu emprunter en toute confiance un plan incliné pour traverser mais a du renoncer à accéder à «  l’autre rive », rien n’étant prévu pour le passage du fauteuil roulant, notamment sur les îlots centraux. Les responsables des services de voirie de la CUB et élus présents ont pris note et doivent agir pour uniformiser l’aménagement du carrefour de la barrière de Toulouse.

Espérons que cet exemple vécu les incite à aborder les problèmes du quartier de façon globale !

 

REHABILITATION DU FOYER D’ACCUEIL AU 28, RUE LADOUS

 

Le foyer d’accueil des personnes en difficulté, géré par le Diaconat de Bordeaux, va faire l’objet d’une complète réhabilitation en s’installant prochainement dans des locaux neufs, 28 rue Ladous, à deux pas de leurs anciens locaux. La Présidente du Diaconat de Bordeaux, ainsi que le responsable du projet immobilier sont venus nous présenter cette nouvelle structure de 30 places, qui pourra accueillir également des couples et des familles

Si le nouveau bâtiment apparaît très fonctionnel et de bonne qualité, il n’en reste pas moins que l’aspect architectural est sujet à controverse…..encore du « cube » qui va s’inscrire en rupture avec la lignée d’échoppes et de maisons bourgeoises avoisinantes. Dommage que l’architecte n’ait pas repris à son compte les propositions en matière d’intégration dans le paysage urbain contenues dans le prochain P.L.U….

Par contre, on ne peut qu’apprécier les importants moyens matériels et humains qui vont être mis en œuvre pour leur apporter soutien et accompagnement afin de les amener à retrouver une « vie normale ». D’autre part, les responsables du Diaconat ont insisté sur leur volonté d’échanges et de partage avec les habitants du quartier dans l’intérêt de tous : des visites, repas et des actions bénévoles pourront être envisagées.

Nous resterons à leur écoute pour que la misère qui frappe à l’autre bout de la planète ne nous fasse pas oublier celle qui est aussi à notre porte….

 

RESIDENCE EGINE : DOMMAGES ET MALFACONS

 

Les riverains mitoyens de la résidence, rue de Cauderes et Boulevard Franklin Roosevelt ont subi d’importants dommages lors de la construction des 2 bâtiments de la résidence Egine ; l’un d’entre eux, a du s’adresser au Tribunal de Grande Instance pour obtenir réparation.

Quant aux riverains, qui avaient réservé des parkings et des box à l’intérieur de la résidence, lors de la construction de la résidence en 2001, il leur est toujours impossible d’acquérir ces parkings …quatre ans plus tard !

L’entreprise de promotion Lasserre, n’a pu obtenir le certificat de conformité délivré par la mairie de Bordeaux en raison de nombreuses malfaçons, qui n’ont pas encore été réparées. Des riverains, ont assigné le promoteur auprès du Tribunal pour savoir s’ils pourront un jour profiter de leur garage…..Affaire à suivre.

Article paru dans le journal Cauderes N° 12 (novembre 2005)

 

Conseil de Quartier Nansouty-Saint-Genès-Barrière de Toulouse

 

Le conseil de quartier qui s’est tenu le 23 octobre 2003, place Amédée Larrieu, a permis aux habitants et associations, peu nombreux, d’évoquer les problèmes de leur quartier.

Pour la Barrière de Toulouse, différents problèmes récurrents ont été à nouveau soulevés, avec notamment le problème des stationnements gênants des véhicules ADA :

 

Stationnement sur les rares places disponibles, au détriment des riverains, alors que l’utilisation de l’espace public par des véhicules destinés à une activité commerciale ne devrait pas être tolérée, ce qu’a confirmé un arrêt récent du Conseil d’Etat.

 

Stationnement sur les trottoirs du boulevard Franklin Roosevelt, qui met en danger la circulation des piétons, mais apporte aussi une gêne conséquente aux riverains qui voient leurs fenêtres en grande partie obstruées par les camions pendant des journées entières. Un de nos élus s’est proposé d’étudier le problème….à suivre.

 

Création d’une crèche rue Malbec, vraisemblablement en remplacement d’une crèche existante rue Mirassou…. mais toujours rien de prévu Barrière de Toulouse.

 

Les effectifs arrivent à saturation à l’école Somme, notamment en termes de restauration scolaire. Une réelle inquiétude nous oblige à alerter de nouveau nos élus, face aux constructions massives en cours dans notre quartier et à l’accueil futur de nombreuses familles. Ceux-ci semblent sereins car dans d’autres quartiers, des écoles offrent des places…..Autrement dit « Logez ici et cherchez les commodités ailleurs ».

 

L’installation d’un Mac-Drive qui va aggraver les problèmes de circulation et de stationnement à la Barrière de Toulouse, laisse nos élus indifférents…..il est vrai qu’aucun élu n’habite plus le quartier !

 

Quant à la prostitution, elle s’est déplacée de l’arrêt de bus, cours de la Somme, vers le magasin d’optique à l’angle de l’impasse Toussaint Louverture. Elle est également revenue place Recapet. Elle s’est aussi développée dans le jardin Liotard, dont les riverains attendent avec impatience l’aménagement et la clôture.

Une coordination sur le thème du développement de la prostitution sur Bordeaux Sud se met en place à l’initiative du conseiller général qui invite les personnes concernées à participer.

Article paru dans le journal Cauderes N°9 (décembre 2003)

COMPTE RENDU DES CONSEILS DE QUARTIER

 1-Conseil du quartier Saint-jean, Belcier, Carle-Vernet, Albert 1e, Barrière de Toulouse, le 26 février

 

Malgré une invitation en bonne et due forme adressée à notre comité de quartier, nos élus ont soigneusement évité d’aborder les sujets qui pouvaient nous intéresser plus particulièrement malgré nos efforts répétés pour les aborder avec plans à l’appui…

10 minutes à la fin « des prolongations », Madame Parcellier, a daigné nous donner la parole pendant que la salle se vidait et que les élus manifestaient de nombreux signes d’impatience à l’encontre de la plus élémentaire forme de politesse.

Parodie de démocratie participative que le président de l’association sacré Quartier a dénoncé auparavant en faisant des propositions saluées par les applaudissements de l’auditoire.

Nous avons néanmoins appris que la décision de création et de localisation des équipements collectifs, à savoir, les espaces verts, les écoles, les crèches, les parkings de proximité.. ne pouvaient être débattue lors des conseils de quartier mais relevait exclusivement du pouvoir des élus et que si nous n’étions pas satisfaits, nous n’avions qu’à nous exprimer par les urnes !

Que penser d’une telle pratique démocratique ?

 

2-Conseil du quartier Simiot- Barrière St Genes- Nansouty – Barrière de Toulouse, le 29 avril.

 

Les principaux points abordés concernant la barrière de Toulouse :

Stade Brun : les appels d’offre destinés à la reconstruction du stade vont être incessamment lancés. Le montant de la réfection est de 770.000 euros H.T. La durée des travaux : environ 6 mois. La date de fin des travaux n’a pas été communiquée.

Crèche : La construction d’une crèche est à l’étude 40 rue du Sablonat. N’ont été précisés ni le nombre de places prévus, ni la date d’ouverture !

Dans le cadre de la mise en œuvre du tramway, le schéma des transports collectifs est revu. Pour notre quartier, cela se traduit en particulier par :

  •  
    1. L’abandon de la navette 806 (ligne 85) par manque de succès et en raison de l’importance des coûts engendrés (ou comment gaspiller l’argent du contribuable bordelais !). C’est ce que nous avions exposés au dernier conseil de quartier (juin 2002) ; dommage que nous n’avions pas été écoutés….

    2. La poursuite de la desserte de la barrière St Genès à partir de la barrière de Toulouse. Celle ci utilisant les boulevards sans pour autant disposer de couloir de bus en site propre : Il est grand temps que l’on réfléchisse à cette desserte dans des conditions satisfaisantes afin que nos enfants puissent rejoindre leurs écoles, collèges et lycées en toute sécurité sans avoir à porter trop longtemps des cartables lourds.

Le problème récurrent du stationnement des véhicules ADA sur les trottoirs, l’absence de parking de proximité ainsi que les problèmes de nuisances liées à la prostitution n’ont pas été abordés.

A souligner une volonté de dialogue en rupture avec le conseil de quartier précédent……A suivre !

 

Artcile paru dans le journal Cauderes N° 8 (juin 2003)

EDITO : DE LA DEMOCRATIE PARTICIPATIVE

La volonté politique, commune à tous les discours, d’une avancée de la démocratie, permettant de « rendre le pouvoir aux citoyens » n’est en fait le plus souvent qu’une velléité traduite en promesse électorale sans lendemain.

 

La loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité reconnaissait en la démocratie participative le complément indispensable à la démocratie représentative. La crise du lien social n’est pas tant le fait de la crise de la démocratie représentative qui mérite d’être améliorée mais résulte du caractère inachevé de la démocratie lorsqu’elle n’est que représentative. 

 

Les outils de la démocratie participative existent et depuis une dizaine d’années s’améliorent ; ils permettent aux citoyens des communes, des départements et des régions d’être mieux informés, d’être consultés et de participer. Trop souvent ces outils sont entre les mains de responsables politiques dont la préoccupation première est de faire passer leur politique. Or la démocratie locale suppose le débat public ; elle n’est complète que si elle s’accompagne d’un dialogue.

 

 

Les derniers outils créés à la faveur de la loi relative à la démocratie de proximité, les conseils de quartier sont le plus souvent des lieux de confrontation entre élus et habitants où chacun campant sur ces postions laisse installer un dialogue de sourds.

 

Comment pourrait-il en être autrement ?

 

Les élus, de leur estrade affichent leur décision en tentant d’expliquer que ce qui bon pour eux est obligatoirement bon pour les autres.

Les habitants, frustrés d’être dépossédés du moindre pouvoir d’influence sur leur cadre de vie manifestent avec d’autant plus de violence leur mécontentement.

Si rien ne change, les conseils de quartier vont être désertés et deviendront des chambres d’enregistrement en perdant toute légitimité au regard de la loi.

Comment instaurer le dialogue ?

En réfléchissant ensemble à des règles de participation.

En demandant aux élus de jouer pleinement leur rôle de représentant pour lequel ils ont été élus.

En invitant les habitants à penser collectivement pour leur quartier et non pas seulement pour leur pas de porte……

 

Article paru dans le journal Cauderes N° 8 (juin 2003)