De la bienveillance ……à la clairvoyance.

Après le « lien social » et le « bien vivre ensemble » déclinés à l’envi ces dernières années comme remèdes aux incivilités, solitude et autres maux de nos grandes métropoles, nos médias, penseurs et élus nous invitent désormais à la « bienveillance ». 
 

Sujet de bien d’émissions et colloques, elle fait débat dans notre société en quête de valeurs qui rassemblent; après l’échec d’un consumérisme forcené qui ne fait plus guère rêver et fragilise la cohésion de notre société qui se révèle de plus en plus inégalitaire, elle apparaît comme la nouvelle valeur à la mode. Pour contrer l’exclusion, le rejet de l’étranger, la ségrégation, la ghettoïsation des quartiers, la « pauvrophobie »…elle serait le remède miracle pour faire taire nos égoïsmes. L’individualisme laisserait place ainsi à l’altruisme. 
 
Si la bienveillance apporte un surcroit de fraternité, symbole un peu oublié des frontons de nos mairies, on ne peut que s’en féliciter. Qui ne s’est pas senti réconforté par le petit service rendu par son voisin, la salutation de son commerçant ou réjoui par le sourire de l’anonyme rencontré au coin d’une rue? Envers l’autre, cet étranger, un regard, un geste « bienveillant » peuvent illuminer une journée qui pouvait paraître bien maussade. Ce peut-être pas grand-chose mais c’est déjà beaucoup… 
 
Et cette quête de bienveillance se décline en tous domaines: bienveillance envers la Nature que l’on a si souvent négligée et se rappelle à nous parfois de façon fort brutale ; bienveillance envers les animaux que l’on a trop souvent traités comme des objets soumis à notre bon vouloir sans égard à leur statut d’êtres sensibles et vivants. Pas de doute la bienveillance …c’est tendance !  
 
Or, la bienveillance n’est pas qu’acceptation de ce qui est ou soumission à un ordre établi. Elle est aussi combat pour une société plus juste, plus accueillante, plus respectueuse des droits de tous..tes. Si elle rime avec tolérance, elle doit s’accompagner de clairvoyance pour ne pas être un mot creux. Aussi, nous espérons que vous porterez un regard « bienveillant » sur notre gazette, nos demandes et nos actions afin que le quartier soit séduisant, animé et sûr.

 

Paru dans l'édito de la gazette de janvier 2018