Bilan de l’édition 2019 du Troc de plantes

C’est sous un soleil radieux que s’est déroulée la 8° édition de notre troc de plantes, ce dimanche de printemps 2019.

Plus de 800 visiteurs sont venus échanger plantes, boutures, graines .. écouter quelques conseils en jardinage ou en matière d’écologie (recyclage, gestion des déchets, toilettes sèches….).

Les échanges de plantes

Mais aussi se régaler de pâtisseries « maison », ou écouter de la musique !

Buvette

Une belle après-midi de rencontres et de partages et une grande satisfaction pour tous.

Vous pouvez retrouver le reportage de France 3 Aquitaine en cliquant ici

Troc de plantes le 31 mars 2019

Nous vous invitons à fêter le printemps lors de la 8ème édition de notre troc de plantes le dimanche 31 mars après-midi au jardin du Moulin d’Ars à la Barrière de Toulouse, Bordeaux, en échangeant plantes et graines ainsi que des bons conseils en jardinage auprès des jardiniers de la Ville et des spécialistes des graines, compostage et gestion de l’eau.

Des ateliers de mosaïques, d’objets décoratifs à réaliser avec de la récupération seront proposés pour petits et grands ainsi qu’une exposition d’aquarelles sur la Nature en présence de l’artiste qui fera une démonstration.

Dans le cadre de la semaine d’alternatives aux pesticides l’association « générations futures » présentera son opération « nous voulons des coquelicots » afin de sensibiliser aux bonnes pratiques écologiques.

Buvette et gâteaux toute l’après-midi qui se clôturera par un apéritif musical à 17H30 avec le groupe folk « kouk ». Venez nombreux nous rejoindre…

Troc aux plantes – Venez fêter le printemps.

Le dimanche 31 mars 2019 à 14h à Bordeaux au Jardin Moulin d’Ars
Route de Toulouse Angle de la barrière de Toulouse

  • Ateliers nature & déco pour enfants et adultes
  • Potagers & jardins dans la ville : compost et bons conseils en jardinage
  • Ateliers graines & boutures
  • Recyclage & circuits courts
  • Protection de l’eau & produits ménagers au naturel
  • Buvette & gâteaux

L’entrée est gratuite.

Troc de plantes 2019

Il y a des échanges de plants, de boutures, de graines. Vous pouvez dès maintenant commencer à semer !

Pour nous aider, nous proposer un stand c’est via ce mail : cauderes@gmail.com

EST-CE AINSI QUE LES HOMMES VIVENT ?

Immeuble à caractère social du Boulevard Albert 1er près le la barrière de Toulouse

Peut-on rêver à un monde meilleur quand la laideur est à notre porte ?

Bientôt 10 ans et l’humidité suinte sur les murs de cet immeuble à caractère social du Boulevard Albert 1er ; à l’intérieur il y aurait aussi des malfaçons. Comment peut-on encore construire vite et mal à l’ère de la transition énergétique ? Comment peut-on laisser des populations modestes vivre dans cet habitat indigne de notre époque ? Comment ces habitants peuvent-ils « habiter poétiquement la terre » comme l’écrit le poète Hölderlin ? Et les enfants s’ouvrir sur la beauté du monde ?

Des maisons vides et dégradées depuis des années Boulevard Franklin Roosevelt

Des familles s’éloignent de plus en plus loin de la métropole pour habiter en périurbain faute de logements abordables, des étudiants dorment dans leur voiture et des SDF dans des squats…

Et des milliers de logements sont inoccupés, parfois depuis des dizaines d’années et enlaidissent nos quartiers. N’y aurait-il pas un droit d’usage qui limiterait le droit de propriété des immeubles abandonnés permettant à tous d’habiter dignement nos villes ?

BAHIA OU EN SOMMES-NOUS?

Enterrement de l’hôpital Robert Picqué devant la clinique Bagatelle le 15 décembre 2019

Le projet ambitieux et de grande envergure de fusion des deux établissements de santé du sud de la métropole est en train de sortir de terre.

Une fois de plus nous nous questionnons sur les choix approuvés par nos élus.

Pourquoi cette fusion – dont nous ne remettons pas en cause le bien-fondé – se fait sur le site de Bagatelle d’une superficie de 7ha , contre 25 ha pour R. Picqué ?

Avec quel financement ? En plus de l’aide de l’ARS (Agence Régionale de la Santé ), la fondation Bagatelle a vendu à la promotion immobilière une partie de ses 7ha. Tout le long de la route de Toulouse, ce sont 250 logements qui vont voir le jour (5 étages). Nous ne pouvons que nous inquiéter pour la qualité de vie du quartier déjà encombré, pollué, peu équipé en transports en commun performants, en pistes cyclables sécurisées…..

Combien d’arbres vont-ils être sacrifiés pour le rassemblement des multiples activités de la fondation en plus de la fusion des 2 hôpitaux ainsi que pour l’agrandissement et la construction des bâtiments nécessaires à une offre de santé performante et de qualité alors qu’ils représentent un poumon écologique dans ce quartier dense et fortement pollué par la principale pénétrante de Bordeaux Sud, la route de Toulouse?

L’hôpital R.Picqué, actuellement doté d’un héliport destiné à disparaitre, reçoit actuellement 29 000 urgences/an dans des locaux construits en 2000. N’aurait-il pas été plus judicieux de les rénover afin de les adapter aux 40 000 urgences/an prévues dans le nouveau projet ?

Ce nouveau projet initialement opérationnel en 2020 puis repoussé à 2022 …ou 2023 , tant il est peu abouti, dans un site amputé de sa superficie, peu accessible aux véhicules ( ambulances, pompiers, logistique, patients, personnels…..) et dont certains bâtiments sont classés  alimente les débats !

Une fois de plus nous sommes confrontés à un projet opaque dont les dossiers sont peu accessibles…même pour un élu.

La vidéo du combat de Cauderes avec Mac Do sur le tourne à gauche !

Selon que vous serez puissant ou misérable….

Le combat des riverains de la Barrière de Toulouse à Bordeaux contre l’installation d’un Mac-Drive pendant plusieurs années en 2005 sur les motifs de dangerosité des accès et atteinte à la loi sur l’air qui dispose que chacun a le droit de respirer un air de qualité.

Les travaux du Mac Do ont été suspendus par le Président du Tribunal Administratif de Bordeaux qui a donné raison à l’association Cauderes, suspension confirmée par le Conseil d’Etat …et contre toute attente le permis a été validé par le TA lors du jugement sur le fond. En outre, la petite association a du payer des frais irrépétibles – non obligatoires – au géant Mac Do et à la Mairie!

Cette petite aventure a été mise en image par un réalisateur bordelais, Frédéric Chignac, qui a suivi l’association dans son combat de plusieurs années et a sorti un documentaire « Non au Mac drive » qui a été projeté dans les salles de ciné art et essais de la région.

Depuis, le Mac Do a été construit, 2/3 des voitures sortent en sens interdit et franchissent une ligne blanche en toute impunité…et les riverains profitent des gaz d’échappement dans un secteur parmi les plus pollués de la Métropole bordelaise, les Boulevards et la route de Toulouse.

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » Jean de la Fontaine

 

 

LE MAC D’OLERON EN QUESTION

Selon que vous serez puissant ou misérable….

Depuis plusieurs années le Maire de Dolus-d’Oléron s’oppose à la construction d’un Mac-Do – le premier sur l’ïle d’Oléron en raison des conditions d’accès au restaurant et de circulation en plein été – l’île passant de 23000 habitants l’hiver à plus de 300 000 l’été.

De plus, la construction de ce type de restaurant va à l’encontre des politiques de transition écologique qu’il mène sur l’île avec l’appui de la Région en favorisant notamment le « produire et consommer local » sans pesticides ni OGM ce qui à l’évidence n’est pas le credo de la multinationale.

Débouté en première instance par le Tribunal administratif de Poitiers il a été enjoint par le rapporteure publique – très généralement suivie par les juges – de la Cour Administrative d’Appel de BX à construire le premier fast-food de l’île. Qui plus est, la mairie serait condamnée à payer une astreinte financière de 300 à 400 euros/jour-fait rarissime-afin de l’obliger à accorder au plus tôt le permis de construire litigieux. Âux dernières nouvelles la Mairie a dû cédé et délivré le permis de construire en attendant que le Conseil d’Etat statue….

Ceci n’est pas sans nous rappeler le combat des riverains de la Barrière de Toulouse à Bordeaux contre l’installation d’un Mac-Drive il y a une dizaine d’années sur les motifs de dangerosité des accès et atteinte à la loi sur l’air qui dispose que chacun a le droit de respirer un air de qualité. Les travaux ont été suspendus par le Président du Tribunal Administratif de BX qui a donné raison à l’association Cauderes, suspension confirmée par le Conseil d’Etat …et contre toute attente le permis a été validé par le TA lors du jugement sur le fond. En outre, la petite association a du payer des frais irrépétibles – non obligatoires – au géant Mac Do et à la Mairie!

Cette petite aventure a été mise en image par un réalisateur bordelais, Frédéric Chignac, qui a suivi l’association dans son combat de plusieurs années et a sorti un documentaire « Non au Mac drive » qui a été projeté dans les salles de ciné art et essais de la région. En cliquant sur ce lien….vous pouvez le visionner et le partager avec vos amis.

Depuis, le Mac Do a été construit, 2/3 des voitures sortent en sens interdit et franchissent une ligne blanche en toute impunité…et les riverains profitent des gaz d’échappement dans un secteur parmi les plus pollués de la Métropole, les Boulevards et la route de Toulouse.

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » Jean de la Fontaine

IMAGINEZ BORDEAUX 2050 A-T-IL UN SENS ?

Alors que l'avenir se fait de plus en plus incertain en raison du réchauffement climatique et des milliers de réfugiés à venir, la montée de l'extrême droite en Europe et autres sujets d'inquiétude, qui peut prévoir ce que sera après-demain ? Quel sens donner à nos projections alors que philosophes et économistes tirent la sonnette d'alarme quant à de nouveaux conflits à venir… à notre porte? Est-ce pour faire oublier ce présent menaçant que l'on nous invite à imaginer …rêver Bordeaux 2050?
Il y a quelques années nous avons été invités à "imaginer Bordeaux 2030" ; qui peut nous dire où sont les applications sur le terrain du bouillonement d'idées que cela avait engendré ? 
Ne faudrait-il pas mieux agir dès maintenant pour faire face aux périls qui nous menacent: élévation des températures, pollution de l'air, des mers, des terres, inégalité et pauvreté croissantes….C'est à un nouveau paradigme économique et social que nous devons réfléchir plus qu'à de jolis équipements dont on est incapable de prévoir si dans plus de 30 ans ils feront sens…et si nous humains seront en mesure de les apprécier.
 En attendant on amuse le peuple…pour lui faire oublier l'impuissance de nos politiques à prendre des mesures courageuses pour inverser le cours des choses.

 

Première concertation sur le ré-aménagement de la place Recapet du 19 mars 2018

 

 

 

   Nous avons été accueillis par Fabien Robert-adjoint au maire- nous informant que le réaménagement de la place Recapet s'inscrivait dans la suite logique du nouveau plan de circulation du quartier et dans la continuité des nouvelles constructions sur le terrain du CFA 

C'est  une responsable de BX-métropole qui a ensuite, pris le relai pour faire  l'historique de la Place  qui est un bel exemple d’architecture « art-déco »

 

 Autour de tables rondes, chacune animée par un ou deux , voire 3 représentants de Bx-Métropole, qui ont invité les participants  à imaginer la place de demain en fonction des attentes et des besoins de chacun.

 

Ceci consistait à répondre au questionnaire déjà établi :

 

  • Des arbres soit sur la place, soit sur les trottoirs élargis (trop près des maisons) ??
  • Des bancs (nous avons les jardins des Barrières et Moulin d'Ars)
  • Élargir les trottoirs (ils sont assez larges et cela réduirait la place pour manœuvrer les voitures stationnées au milieu de la place)
  • Un marché régulier ? (celui de la Barrière de Bègles suffit, ce n'est pas loin)
  • Possibilité de faire des repas entre voisins ……

 

Ces propositions n’ont pas déclenché l’enthousiasme des riverains….

 

 

Nous pouvons d’ores et déjà retenir que les habitants désirent conserver les places de stationnement existantes et appréhendent l’afflux de voitures généré par les 185 logements en construction.  

                                                                                                                                  Peu de désirs précis sur la façon d’aménager la place ont été mis en exergue  , l’architecte paysager (table 1 ) a dû montrer des photos d’autres places de taille similaire réaménagées dans d’autres quartiers de Bordeaux.

 

           Une synthèse de chaque table va être faite et transmise par la mairie aux habitants du quartier en prévision des propositions qui seront présentées  lors de la deuxième concertation qui aura lieu au printemps.

                                       ———————–