Quand la misère humaine s’invite à nos portes:

C’est par une affichette décorée de quelques fleurs que nous avons appris le décès de Micky, SDF bien connu des riverains de la barrière de Toulouse, qui faisait la manche sur les Boulevards ; son corps a été retrouvé dans cette maison délabrée et délaissée du 193 Boulevard F Roosevlelt … après quelques mois. L’église orthodoxe roumaine a célébré l’enterrement au cimetière Nord de Bruges lors d’une belle cérémonie.  Merci à cette belle personne qui a mis ce pannonceau et aux voisins pour ces quelques fleurs apportant un peu de solidarité et de dignité à cette misère humaine.

Depuis cette ancienne belle maison, en décrépitude, a été à nouveau squattée, remplie de déchets de toutes sortes créant un sentiment d’insécurité pour les propriétés voisines. Depuis des années nous demandons la sécurisation de cette bâtisse à l ‘abandon ainsi que de l’ancienne école contigüe qui tombe également en ruine. Nous demandons également que des solutions soient trouvées pour rénover ces bâtiments et les remettre sur le marché en accord avec le propriétaire qui fait apparemment la sourde oreille et laisse à l’abandon ces biens.

Comment dans une ville où la demande de logements est si importante, où les prix ont flambé, où le mal logement existe, peut-on laisser en déshérence de si beaux biens immobiliers qui feraient le bonheur de familles?  De quels droits dispose la municipalité pour préempter voire réquisitionner des biens en ruine qui créent une insécurité notoire dans le quartier et qui défigurent le paysage urbain ?

Ce sont les questions que nous allons poser, à nouveau, à la nouvelle mairie pour tenter de trouver une, voire des solutions,  à l’élimination de ces verrues.

En attendant, la nouvelle mairie a répondu à notre demande de sécuriser l’entrée de cette bâtisse. Celle-ci a maintenant un mur en parpaing qui en ferme l’accès. A suivre… Dominique

Le stationnement payant est de retour hors-boulevards

Rue Louis Cabié à Bordeaux à l’extérieur des boulevards

Eh oui….on s’y attendait un peu suite au sondage qu’ils avaient distribué dans notre quartier avant les vacances et ils l’ont fait ! Fallait oser !!

Après nous avoir instauré le stationnement payant pendant 18 mois (seul bout de quartier hors-boulevard à l’avoir expérimenté) … puis l’avoir retiré suite à la fronde de St Augustin et de Cauderan… Les responsables politiques réitèrent en nous remettant le stationnement payant à partir du 9 décembre et nous serons encore les seuls hors-boulevards à « bénéficier » de cette « innovation » !

Et pour ce faire les responsables politiques s’appuient sur le résultat du sondage où seulement 204 personnes se sont exprimées avec 103 favorables au stationnement payant et 83 favorables au gratuit (soit 55% pour et 45% contre). Quant à celles et ceux comme notre association favorables au réglementé comme à Bègles et Talence qui nous encadrent…. leurs voix se sont certainement égarées dans les nuls à la case hors-sujet. 103 favorables sur une population d’environ 1200 habitants c’est peu et pas représentatif… et susceptible d’alimenter les querelles de clocher dans notre petit village gaulois.

Alors qu’ ils reconnaissent volontiers que l’alignement avec les communes limitrophes est nécessaire pour « à terme une harmonisation des règles de stationnement en dehors des boulevards, avec les différentes communes », ils reculent l’échéance pour un long terme « dans le cadre notamment des projets de réaménagement de la route de Toulouse et de requalification des Boulevards et des Barrières ». …soit aux calendes grecques !

C’est quoi la zone 11 pour les personnes qui arrivent dans le quartier ? bien à eux de comprendre…

En attendant, des riverains vont subir ce traitement inéquitable car ils vont payer pour un nombre de places de stationnement limité en raison de la configuration du quartier, les Boulevards et la route de Toulouse présentant une barrière de fait qui rend les autres zones bordelaises difficilement atteignables et les secteurs talençais et bèglais inaccessibles . Et une fois de plus ce sont les plus modestes qui pour certains ont besoin impérativement de leur voiture pour travailler voire d’une deuxième voiture – des jeunes adultes vivent encore chez leurs parents pour cause de prix de logement trop élevé – qui seront en difficulté notamment en l’absence de parking public de proximité étant au bout du bout de la ville ; ils sont déjà à la recherche de places de parking ou garage qui vont grever un budget déjà très contraint.

La réduction de la place de la voiture dans la ville est un choix qui s’impose et nous militons en ce sens avec l’instauration d’un stationnement réglementé qui donne satisfaction tant à Talence qu’à Bègles dans le secteur hors-boulevards. C’est un moyen de répondre à cet objectif avec discernement sans pénaliser les actifs les plus précaires ; et nous en avons dans notre quartier qui n’ont pas tous le choix de leurs moyens de transport et ceci d’autant plus que la route de Toulouse et les Boulevards sont encore très mal desservis tant en termes de pistes cyclables que de bus.

A vos Carte Bleu ou vos pièces, ils fonctionnent !

Ont-ils aussi pensé aux riverains du chantier Pichet qui subissent les nuisances de ce chantier depuis plusieurs années ? trottoirs inaccessibles  et places de stationnement supprimées ou encombrées par les camions et engins, bruits et pollutions… chantier, qui a pris plus de 15 mois de retard ! Ils vont ainsi subir la double peine : nuisances + paiement pour des places de stationnement en nombre très limité. 

Est-ce ainsi qu’on écoute les habitants et qu’on répond à leurs difficultés ?

Chantier Pichet en novembre 2019

« Nous ne sommes pas là pour construire la ville de demain…»

En référence aux propos tenus par les représentants du promoteur lors d’une concertation avec nos élus

Et pas là non plus pour assurer un chantier propre en limitant pollutions, gêne, encombrements divers et variés pour les riverains qui subissent un retard de plus de 15 mois….Un record !

Vu artistique du chantier

Ce devait être exemplaire, en échanges réguliers, avec les habitants du quartier à l’image d’une concertation qui s’était montrée rassurante, porteuse de propositions innovantes en matière de suivi de chantier. Et puis rien ou si peu…malgré les relances des riverains agacés, révoltés, dégoûtés et en colère !

Car c’est leur cadre de vie qui est remis en question :

  • difficultés de circulation avec la venue d’engins de chantiers divers avec des rues ou voies condamnées régulièrement ;
  • trottoirs défoncés rue Cabié recouverts à la va-vite ;
  • suppression de nombreuses places de stationnement ; gros plots de plastique laissés à l’abandon sur la chaussée pendant plusieurs semaines ;
  • bruit en continu depuis plus de 2 ans : grues, marteaux-piqueurs, tronçonneuses, perceuses, circulation des engins et camions….week-end compris!

Mais aussi leur santé :

Nuisances de poussières continues engendrant une qualité de l’air dégradée ; celles-ci s’infiltrent dans l’ensemble du quartier sans que des mesures particulières n’aient été prises afin qu’un nettoyage plus fréquent ne soit effectué dans les rues concernées par le chantier en question ou aux alentours des maisons ou immeubles les plus impactés par ce chantier.

Sans oublier les nuisances visuelles en tout genre : Palissades dégradées, tags, détritus divers…

C’est par les portes et fenêtres des riverains que ce chantier qui se devait être « exemplaire » s’est invité sans que promoteur et la mairie ne réagissent malgré les demandes répétées des habitants abandonnés à leur mal-vivre !

D’un urbanisme de projet à un urbanisme d’ensemble, le chemin est semé d’embûches !

Les vélos à nouveau en manif sur la route de Toulouse…

Arrivée devant la Mairie de Talence le 14 juin 2019

Est-ce pour fêter les 10 ans du projet enterré d’aménagement de la Route de Toulouse (printemps 2009) que les vélos sont descendus dans la rue à l’appel de Vélo-Cité  le 14 juin. Ou simplement déposer au maire de Talence une requête comme cela a déjà été fait auprès du maire de Bègles et bientôt au maire de Villenave d’Ornon pour qu’ils se saisissent de ce dossier en roue libre ?

Y aurait-il un espoir qu’après la manif du printemps 2018 initié par nos soins et rejoints par tous les amoureux de la petite reine, il y ait une prise de conscience et surtout une volonté d’agir ? Les cyclistes en manifestant à nouveau sur cette pénétrante majeure de Bordeaux Sud et les associations relayant leurs doléances par courriers, articles et autres rencontres …. perdraient-ils patience devant l’immobilisme de nos édiles ?

Oui et c’est peu de l’écrire… car ils risquent leur vie tous les jours sur cet axe saturé, coincés dans les embouteillages et évitant les nids de poule. Et c’est guère mieux pour les piétons qui slaloment entre les voitures garées les quatre roues sur les trottoirs.

Pourtant cet axe se densifie à vue d’œil, les immeubles poussent comme des champignons sans souci d’intégration dans un paysage urbain déjà bien dégradé. Qu’offre t’on à ces milliers de nouveaux habitants ? Du bruit, de la pollution, des transports en commun dont la vitesse commerciale (notamment la liane 5) est la plus faible de la métropole et peu d’alternatives crédible à la bagnole.

Et pendant ce temps, nos élus tergiversent, promettent de s’y pencher, un coup de pédale en avant et 3 en arrière et on est toujours 10 ans après à l’arrêt !

Remise du dossier de Vélo cité au représentant de la Mairie de Talence et de Bordeaux Métropole

Certes le problème est complexe : la route de Toulouse traverse 4 communes, Bordeaux, Bègles, Talence et Villenave d’Ornon et chacun se renvoie la balle…. c’est pas moi c’est lui qui bloque l’avancée des études. Il y a d’autres priorités, d’autres urgences…. comme celle du projet Bahia par exemple (fort contesté et contestable… voir le rapport négatif de la commissaire enquêtrice) visant à regrouper sur le site de la Fondation Bagatelle les services de l’hôpital militaire Robert Picqué. Cette fois-ci c’est une vraie urgence qui nécessite l’aménagement de la voirie pour en faciliter l’accès… Et le temps presse !

Le nouveau président de la métropole, Patrick Bobet, aurait-il ainsi sifflé la fin de la récré pour mettre tous les élus autour d’une table pour enfin présenter un projet cohérent soucieux de la qualité de vie des habitants et promoteur de circulations douces ?

On en rêve et on veut y croire….et on compte sur vous pour donner votre avis quand la concertation sera en ligne sur le site de la métropole…

En attendant si vous avez un compte abonné, vous pouvez lire le super travail des journalistes de Rue 89Bordeaux.com en cliquant ici

Faites-vous entendre… appuyez sur votre sonnette !

Suite à la prochaine manif ?

Film à la belle étoile le 6 septembre 2019

Affiche de l’événement

A 20h apporter votre plat préféré au jardin « Croix du Sud » pour le partager avec les autres personnes présentes.

Le film prévu est « Le Voyage au Groenland » De Sébastien Betbeder. Voici le synopsis :
Thomas et Thomas cumulent les difficultés. En effet, ils sont trentenaires, parisiens et comédiens… Un jour, ils décident de s’envoler pour Kullorsuaq, l’un des villages les plus reculés du Groenland où vit Nathan, le père de l’un d’eux. Au sein de la petite communauté inuit, ils découvriront les joies des traditions locales et éprouveront leur amitié.

Le Voyage au Groenland
Le Voyage au Groenland Bande-annonce VF

Merci de prévoir votre siège ou couverture pour vous installer le plus confortablement possible.

AUX ARBRES CITOYENS !

Cela aurait pu être une concertation-bidon dont nous avions tant l’habitude où il était de mise d’accréditer ce qui avait déjà été décidé par nos édiles et leurs services.

Cela aurait pu être un massacre à la tronçonneuse au petit matin comme ont connu les marronniers de la place Gambetta malgré les protestations véhémentes et pétitions des défenseurs des arbres.

Rien de tout ceci ; pas de scénario catastrophe lors de la réunion de concertation au jardin du Moulin d’Ars du 18 juillet où nous étions conviés ainsi que les riverains pour consultation sur l’abattage de 4 arbres prétendument malades et dangereux dans un espace boisé classé.

Après un exposé technique sur l’état sanitaire des ces arbres par le service arbres et foresterie métropolitaine, discussion s’en est suivie sur l’opportunité d’abattre ces arbres. Effectivement ces 4 arbres étaient malades et certains d’entre eux présentaient un risque pour les passants.

Arbre têtard creux penchant sur la route de Toulouse 2019

Fallait-il pour autant tous les abattre ? Pouvait-on imaginer un autre sort ?

Certainement, comme un banc naturel où il ferait bon se poser.

Les arguments présentés par notre vice-président Maxime Ghesquière épaulé par Olivier Cazaux membre d’Europe-Ecologie-Les verts ont été convaincants. Deux arbres ont été sauvegardés, simplement étêtés car présentant une grande richesse pour la faune (insectes, petits rongeurs et chauve-souris….) qui s’y cachent mais aussi pour les autres arbres et flore environnante par la présence des champignons qui nourrissent leurs racines.

Les spécialistes parlent de têtards, téteaux, tronches, rousses, émousses, ragosses, tousses, chapoules… Autant d’appellations régionales qui désignent les trognes, ces arbres d’essences variées dont on a taillé la partie supérieure – à l’image des légendaires platanes qui bordaient les routes du pays depuis Napoléon. Ce documentaire invite à la rencontre de ces figures emblématiques de la préservation des écosystèmes. Voici un super documentaire sur Arte disponible jusqu’au 15 Septembre 2019.

Voici donc les trognes du jardin d’Ars :

Arbre sauvé pour la biodiversité 2019
Arbre sauvé pour notamment les chauve-souris

Une concertation réussie pour un résultat satisfaisant aux yeux de tous dont va bénéficier ce petit havre de verdure coincé entre béton et asphalte qui nous apporte une bouffée d’oxygène et temporise cette canicule estivale.

Rendez-vous cet automne pour la plantation d’un arbre fruitier ardemment désiré dans le quartier.

Stationnement à la Barrière de Toulouse hors-boulevards : ni gratuit, ni payant mais réglementé !

Site de https://plan.bordeaux.fr/bordeaux/ avec les zones de stationnement payant

Suite aux problèmes de stationnement que connaît le secteur extra-boulevards de la barrière de Toulouse depuis qu’il est redevenu gratuit après avoir été payant 18 mois, notre élu de quartier Fabien Robert nous demande de choisir entre la pérennité du stationnement gratuit ou la remise en place du stationnement payant.

Or il existe une troisième option possible le stationnement réglementé en continuité de ce qui est pratiqué avec satisfaction à Bègles et Talence afin d’assurer l’équité de traitement de citoyens d’une même zone géographique et l’homogénéité du territoire… et ceci d’autant plus qu’il est illusoire de croire que nous traverserons Boulevards et route de Toulouse pour nous garer, la zone géographique factuelle de stationnement payante sera très réduite et ne justifie pas un paiement.

D’autre part, le pass de 52 jours ne résout en rien la problématique du stationnement des 2èmes voitures et des salariés des commerces, associations et entreprises du quartier qui continueront à stationner les « 4 roues » sur les Boulevards et la route de Toulouse au détriment des riverains de ces voies et piétons; et ceci d’autant plus que le report modal sur des circulations douces est pour l’instant très limité en raison de la faible vitesse commerciale des bus et la dangerosité de la circulation à vélos sur ces grands axes non encore aménagés.

Alors que 70% des décisions concernant l’aménagement de la ville sont prises au niveau de la métropole et que la voirie est de compétence métropolitaine , nous ne comprenons pas pourquoi il ne serait pas possible d’instaurer à l’instar de Bègles et Talence un stationnement réglementé.

Il existe déjà dans la ville de Bordeaux des différences de traitement entre zones géographiques en prenant en compte les spécificités de ces zones (hyper-centre et zone intra-boulevards); pourquoi ne pas faire une zone géographique réglementée hors-boulevards pour faire du lien avec les communes limitrophes dont les quartiers sont imbriqués et les voies parfois à cheval sur 2 communes comme la rue de Cauderes?

Ceci d’autant plus que les zones extra-boulevards ne bénéficient pas des mêmes possibilités en termes de déplacements doux et sont plus éloignés des trams. Il y a donc une spécificité à prendre en compte et les réponses proposées (gratuit ou payant) n’en tiennent pas compte.

Nous demandons une véritable concertation sur ce sujet qui fait polémique dans la ville afin de trouver les solutions les plus adaptées à notre secteur géographique…et non la prise en compte de réponse individuelle pouvant satisfaire l’option plébiscitée de la Mairie à savoir l’extension du stationnement payant en extra-boulevards en application du principe « diviser pour mieux régner »…

La concertation ne pouvant se résumer à une consultation individuelle…

Bilan de l’édition 2019 du Troc de plantes

C’est sous un soleil radieux que s’est déroulée la 8° édition de notre troc de plantes, ce dimanche de printemps 2019.

Plus de 800 visiteurs sont venus échanger plantes, boutures, graines .. écouter quelques conseils en jardinage ou en matière d’écologie (recyclage, gestion des déchets, toilettes sèches….).

Les échanges de plantes

Mais aussi se régaler de pâtisseries « maison », ou écouter de la musique !

Buvette

Une belle après-midi de rencontres et de partages et une grande satisfaction pour tous.

Vous pouvez retrouver le reportage de France 3 Aquitaine en cliquant ici

Troc de plantes le 31 mars 2019

Nous vous invitons à fêter le printemps lors de la 8ème édition de notre troc de plantes le dimanche 31 mars après-midi au jardin du Moulin d’Ars à la Barrière de Toulouse, Bordeaux, en échangeant plantes et graines ainsi que des bons conseils en jardinage auprès des jardiniers de la Ville et des spécialistes des graines, compostage et gestion de l’eau.

Des ateliers de mosaïques, d’objets décoratifs à réaliser avec de la récupération seront proposés pour petits et grands ainsi qu’une exposition d’aquarelles sur la Nature en présence de l’artiste qui fera une démonstration.

Dans le cadre de la semaine d’alternatives aux pesticides l’association « générations futures » présentera son opération « nous voulons des coquelicots » afin de sensibiliser aux bonnes pratiques écologiques.

Buvette et gâteaux toute l’après-midi qui se clôturera par un apéritif musical à 17H30 avec le groupe folk « kouk ». Venez nombreux nous rejoindre…