LE COURAGE DE LA GOUTTE D’EAU

Notre société occidentale, endormie dans un confort matériel qui lui semblait infini a tenté d’inventer un monde parfait, une sorte de « paix perpétuelle ». Il n’y aurait plus de grandes luttes idéologiques, de grandes batailles à mener, mais un modèle de développement et un mode de pensée universel qu’il conviendrait d’exporter à la planète entière pour assurer le bonheur des nations.

L’homme aurait ainsi perdu la capacité de se faire entendre, de dire non dans une société de plus en plus aliénée, Il serait devenu « unidimensionnel » comme l’écrivait le philosophe Herbert Marcuse, en 1968.

Or l’histoire récente nous a prouvé que cette volonté d’unification visant à gommer les différences , à éviter les ruptures avait trouvé ses limites que ce soit sur le plan local, national ou international.

De même, les héros de jadis, valeureux guerriers ou puissants de ce monde ne sont plus au hit parade des héros des temps modernes ; L’abbé Pierre ou les pompiers de New-York sont largement en-tête dans les sondages.

Plus étonnant encore, selon une étude sociologique menée en 1999 sur les héros des

jeunes français, il apparaît que ce sont les parents qui sont plébiscités par les jeunes car ils sont capables de tenir bon face aux coups durs de la vie.

C’est le « courage à bas bruit », celui qui se traduit par des actes simples dans un engagement au service des autres sans attente d’une quelconque notoriété. Ainsi, les européens et les français n’ont jamais autant manifesté et signé de pétitions engageant les gouvernements à plus de transparence et à plus de démocratie participative.

La participation de plus en plus importante des français dans l’action associative (40% de nos concitoyens appartiennent à une association) révèle un désir bien réel d’affirmation de soi.

Une même philosophie de la vie se dégage de cet apostolat associatif : espérer dans le plus modeste des efforts sans savoir à l’avance s’il sera couronné de succès.

« Le courage de la goutte d’eau, c’est qu ‘elle ose tomber dans le désert » dit l’écrivain chinois Lao She, et de cette goutte d’eau peut jaillir la vie.

Voici la réponse que nous désirons apporter à tous ceux qui nous interpellent quant à la finalité de nos actions et quant à leurs hypothétiques succès.

Article paru dans le journal Cauderes N°10 (Juin 2004)

Conseil de Quartier Nansouty-Saint-Genès-Barrière de Toulouse

 

Le conseil de quartier qui s’est tenu le 23 octobre 2003, place Amédée Larrieu, a permis aux habitants et associations, peu nombreux, d’évoquer les problèmes de leur quartier.

Pour la Barrière de Toulouse, différents problèmes récurrents ont été à nouveau soulevés, avec notamment le problème des stationnements gênants des véhicules ADA :

 

Stationnement sur les rares places disponibles, au détriment des riverains, alors que l’utilisation de l’espace public par des véhicules destinés à une activité commerciale ne devrait pas être tolérée, ce qu’a confirmé un arrêt récent du Conseil d’Etat.

 

Stationnement sur les trottoirs du boulevard Franklin Roosevelt, qui met en danger la circulation des piétons, mais apporte aussi une gêne conséquente aux riverains qui voient leurs fenêtres en grande partie obstruées par les camions pendant des journées entières. Un de nos élus s’est proposé d’étudier le problème….à suivre.

 

Création d’une crèche rue Malbec, vraisemblablement en remplacement d’une crèche existante rue Mirassou…. mais toujours rien de prévu Barrière de Toulouse.

 

Les effectifs arrivent à saturation à l’école Somme, notamment en termes de restauration scolaire. Une réelle inquiétude nous oblige à alerter de nouveau nos élus, face aux constructions massives en cours dans notre quartier et à l’accueil futur de nombreuses familles. Ceux-ci semblent sereins car dans d’autres quartiers, des écoles offrent des places…..Autrement dit « Logez ici et cherchez les commodités ailleurs ».

 

L’installation d’un Mac-Drive qui va aggraver les problèmes de circulation et de stationnement à la Barrière de Toulouse, laisse nos élus indifférents…..il est vrai qu’aucun élu n’habite plus le quartier !

 

Quant à la prostitution, elle s’est déplacée de l’arrêt de bus, cours de la Somme, vers le magasin d’optique à l’angle de l’impasse Toussaint Louverture. Elle est également revenue place Recapet. Elle s’est aussi développée dans le jardin Liotard, dont les riverains attendent avec impatience l’aménagement et la clôture.

Une coordination sur le thème du développement de la prostitution sur Bordeaux Sud se met en place à l’initiative du conseiller général qui invite les personnes concernées à participer.

Article paru dans le journal Cauderes N°9 (décembre 2003)

Rassemblement contre le Mac-Drive Barrière de Toulouse Jeudi 9 octobre 2003

 

Plus d’une centaine de riverains se sont rassemblés, Jeudi 16 octobre, à la Barrière de Toulouse pour protester contre l’installation d’un mac-drive. De nombreux sympathisants associatifs sont venus les rejoindre pour soutenir leur action car la délivrance de ce permis de construire va bien au-delà d’un problème d’aménagement de quartier. Il va à l’encontre de nombreuses dispositions de la politique de la ville que ce soit la loi sur l’air, le plan de déplacement urbain (P.D.U.), ou encore le nouveau plan local d’urbanisme (P.L.U.).

 

Huit associations se sont jointes à C.A.U.D.E.R.E.S pour dénoncer avant tout un problème de concertation en ce qui concerne la politique d’aménagement de la ville qui ne peut se faire sans consultation de ses habitants et sans leur adhésion.

 

Il ne suffit pas, en effet , de faire une campagne de communication sur le thème « imaginons ensemble la ville de demain » pour faire de la concertation. Celle-ci doit se bâtir au quotidien avec les habitants et leurs relais que sont les associations. Ils doivent être associés à l’étude des projets et à la prise de décision quant aux opérations d’aménagement qui ont un impact important sur leur cadre de vie.

 

Or, comment se peut-il que dans une ville qui se vante de faire de la concertation un de ses objectifs majeurs, les habitants et les représentants associatifs ne soient pas informés des aménagements de voirie nécessaires à la réalisation de cette opération commerciale?

Pourquoi ce dossier n’a t’il pas été présenté en conseil de quartier, qui est paraît-il, le lieu d’information et d’échanges entre élus et habitants?

 

Les riverains ont découvert en consultant le dossier de permis de construire en mairie, après affichage sur le terrain, l’importance de cette opération et les nuisances qui seront apportées à leur cadre de vie; et ils n’ont eu d’autre choix que d’exprimer dans la rue et dans les médias leur désaccord pour pouvoir être entendu……

 

 

Signature de pétitions et débat public contre l’installation du Mac-Drive

 

Les riverains ont souhaité manifester leur détermination en descendant à nouveau dans la rue, une semaine plus tard, pour signer des pétitions qui ont été adressées au Préfet et au Maire en même temps que des recours gracieux et hiérarchiques.

 

Ce fut l’occasion de rencontres et d’échanges entre habitants du quartier qui se sont appropriés pour un moment, une voie de circulation, simulant ainsi le  « tourne à gauche » ce qui a provoqué un immense embouteillage……

 

Après avoir manifesté leur désapprobation dans la rue, ils se sont retrouvés pour un conseil de quartier improvisé, au bar-restaurant « la table d’armandine » qui leur avait généreusement ouvert ses portes.

 

Les riverains ont ainsi pu consulter les plans, exprimer leur avis avec les représentants des associations et politiques qui avaient répondu présents à l’appel de C.A.U.D.E.R.E.S.

 

Après l’intervention remarquée des avocats, Gérard Boulanger de Bien Vivre Bordeaux et de Pierre Hurmic, élu des verts à la mairie de Bordeaux et à la C.U.B., les participants ont pu débattre avec les représentants des Droits du piéton, de Trans’Cub, de Circulons, de Sacré Quartier, d’Adecats, de Coorcital ainsi que Jacques Respaud, conseiller municipal et conseiller général, venus les rejoindre en fin de soirée.

 

Une occasion pour tous les intervenants d’échanger leurs idées et de présenter leurs actions avec comme fonds de débat …. comment éviter le futur mac-drive!

 

Comité d’entente des commerçants de la Barrière de Toulouse

 

Les représentantes du comité d’entente des commerçants de la Barrière de Toulouse sont allées à la rencontre des commerçants de la route de Toulouse, du cours de la Somme et du Boulevard Franklin Roosevelt pour les informer, plans et photos à l’appui, des nuisances qu’occasionneraient l’installation d’un mac–drive à la Barrière de Toulouse.

 

Les commerçants ont été nombreux à leur faire part de leur inquiétude face à la dégradation des conditions de circulation et à l’insuffisance de places de stationnement. Ils craignent une baisse de la fréquentation de leur commerce, d’une part, par le surcroît d’embouteillage que va provoquer « le tourne à gauche » et la file d’attente au drive, et d’autre part, par l’insuffisance du nombre de places de stationnement affectées au projet ce qui va entraîner un report sur la voie publique au détriment de leur clientèle de passage.

 

31 commerçants ont signé un courrier qui sera adressé au maire de Bordeaux pour l’informer de leur opposition au projet du mac-drive; à noter que 4 commerçants sont sans avis et 5 restent favorables à l’implantation du mac-drive……..

 

Article paru dans le journal Cauderes N°9 (décembre 2003)

COMPTE RENDU DES CONSEILS DE QUARTIER

 1-Conseil du quartier Saint-jean, Belcier, Carle-Vernet, Albert 1e, Barrière de Toulouse, le 26 février

 

Malgré une invitation en bonne et due forme adressée à notre comité de quartier, nos élus ont soigneusement évité d’aborder les sujets qui pouvaient nous intéresser plus particulièrement malgré nos efforts répétés pour les aborder avec plans à l’appui…

10 minutes à la fin « des prolongations », Madame Parcellier, a daigné nous donner la parole pendant que la salle se vidait et que les élus manifestaient de nombreux signes d’impatience à l’encontre de la plus élémentaire forme de politesse.

Parodie de démocratie participative que le président de l’association sacré Quartier a dénoncé auparavant en faisant des propositions saluées par les applaudissements de l’auditoire.

Nous avons néanmoins appris que la décision de création et de localisation des équipements collectifs, à savoir, les espaces verts, les écoles, les crèches, les parkings de proximité.. ne pouvaient être débattue lors des conseils de quartier mais relevait exclusivement du pouvoir des élus et que si nous n’étions pas satisfaits, nous n’avions qu’à nous exprimer par les urnes !

Que penser d’une telle pratique démocratique ?

 

2-Conseil du quartier Simiot- Barrière St Genes- Nansouty – Barrière de Toulouse, le 29 avril.

 

Les principaux points abordés concernant la barrière de Toulouse :

Stade Brun : les appels d’offre destinés à la reconstruction du stade vont être incessamment lancés. Le montant de la réfection est de 770.000 euros H.T. La durée des travaux : environ 6 mois. La date de fin des travaux n’a pas été communiquée.

Crèche : La construction d’une crèche est à l’étude 40 rue du Sablonat. N’ont été précisés ni le nombre de places prévus, ni la date d’ouverture !

Dans le cadre de la mise en œuvre du tramway, le schéma des transports collectifs est revu. Pour notre quartier, cela se traduit en particulier par :

  •  
    1. L’abandon de la navette 806 (ligne 85) par manque de succès et en raison de l’importance des coûts engendrés (ou comment gaspiller l’argent du contribuable bordelais !). C’est ce que nous avions exposés au dernier conseil de quartier (juin 2002) ; dommage que nous n’avions pas été écoutés….

    2. La poursuite de la desserte de la barrière St Genès à partir de la barrière de Toulouse. Celle ci utilisant les boulevards sans pour autant disposer de couloir de bus en site propre : Il est grand temps que l’on réfléchisse à cette desserte dans des conditions satisfaisantes afin que nos enfants puissent rejoindre leurs écoles, collèges et lycées en toute sécurité sans avoir à porter trop longtemps des cartables lourds.

Le problème récurrent du stationnement des véhicules ADA sur les trottoirs, l’absence de parking de proximité ainsi que les problèmes de nuisances liées à la prostitution n’ont pas été abordés.

A souligner une volonté de dialogue en rupture avec le conseil de quartier précédent……A suivre !

 

Artcile paru dans le journal Cauderes N° 8 (juin 2003)

TERRAIN DES SŒURS DE LA SAINTE FAMILLE

 1ER Procès

 

Lors de notre dernière édition, nous vous avions fait part de l’assignation de l’Association C.A.U.D.E.R.E.S. et de sa Présidente devant le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux par la Province de France de La Congrégation des Sœurs de la Sainte Famille de Bordeaux, en la personne de sa supérieure Sœur Françoise Vanhoutte.

 

Les représentants de l’association, satisfaits à juste titre de l’issue de ce procès fait à leur intention, tiennent à vous en informer en vous reproduisant des extraits du jugement. L’intégralité du jugement pourra être adressée sur simple demande. Nous remercions tous ceux qui par leur témoignage, leur présence à l’audience et leurs encouragements nous ont apporté leur soutien.

 

« ……Cette action judiciaire, initiée en urgence, manifeste à l’évidence la volonté de porter atteinte à la manifestation d’une contestation qui ne fait que traduire la liberté d’expression sur un sujet qui intéresse le bien public : la préservation du cadre de vie et le développement durable.

Par suite elle revêt un caractère abusif qui doit, dans un souci d’exemplarité, être sanctionné par l’octroi de justes dommages et intérêts aux défenderesses qui n’ont fait qu’exercer un des droits fondamentaux reconnus par la constitution française et les conventions internationales.

La Province de France de la Congrégation des Sœurs de la Sainte Famille de Bordeaux devra donc payer à l’association CAUDERES et Madame HOFMANN la somme de 1000 euros en réparation du préjudice subi.

Il serait inéquitable de laisser à la charge des défendeurs le montant des frais irrépétibles engagés. La somme de 1500 euros leur sera donc accordée en application de l’article 700 du nouveau code de procédure civile.

En application de l’article 696 du nouveau code de procédure civile les dépens seront mis à la charge de la Province de France de la Congrégation de la Sainte Famille de Bordeaux……. »

 

2ème Procès

 

Après avoir vainement porté atteinte à la liberté d’expression de l’association, la Congrégation de la Sainte Famille en la personne de Sœur Françoise Vanhoutte, accompagnée de l’association caisse d’encouragement Missionnaire en la personne de sa présidente Sœur Lydwine Josten et de l’association maison de retraite « Le sablonat » en la personne de sa présidente sœur Anne-Marie Harmand ont décidé de porter atteinte à la liberté d’action de l’association C.A.U.D.E.R.E.S. Elles ont assigné l’association et tous les membres du conseil d’administration pris individuellement devant le tribunal de grande instance de Bordeaux pour avoir déposé un recours au tribunal administratif conformément à l’objet statutaire de l’association.

 

Nous ne pouvons que nous interroger sur de telles pratiques visant à empêcher l’association d’agir conformément au droit dont dispose tout citoyen de s’opposer légalement à une décision administrative reconnu par la constitution française et la cour européenne des droits de l’homme.

 

Nous ne pouvons croire que les sœurs dont l’objet de leurs actions est de réaliser des œuvres charitables et qui ont apporté par leurs soins, aide et réconfort aux habitants du quartier aient pris l’initiative seules d’attaquer si durement ces même riverains.

 

Il est évident que par notre opposition aux projets à même d’entraîner une dégradation de l’environnement et du cadre de vie des habitants du quartier, nous dérangeons !

 

NON AU MAC-DRIVE

 

La demande de permis de construire pour l’installation d’un mac-drive est en cours d’instruction à la mairie de Bordeaux et gageons que cette autorisation sera délivrée en période estivale pour éviter toute contestation et limiter les possibilités de recours comme c’est régulièrement le cas pour les sujets qui fâchent !

Que la société mac-donald’s installe un mac-drive en entrée de ville à proximité de la rocade ou encore un mac-do en ville comme n’importe quel restaurant, pourquoi pas ? c’est la liberté du commerce que nul ne songe à contester. Mais que l’on veuille installer un mac-drive qui va générer une entrée et sortie de 300 véhicules/heure aux heures d’affluence, ouvert de 7h à 2h du matin dans  un espace vert bordé par deux espaces boisés classés à protéger, en contiguïté d’une maison de retraite et à 50m d’un carrefour sursaturé cela dépasse tout bons sens !

Que penser de la qualité de vie des pensionnaires de la maison de retraite et des voisins qui vont supporter en continue les nuisances sonores et olfactives générées par ce genre d’établissement ?

Quel avenir pour les deux espaces boisés classés qui seront à terme voués à disparaître ?

Que dire de l’augmentation inévitable du trafic sur la route de Toulouse déjà très embouteillée et ceci en totale contradiction avec le plan de déplacement urbain visant à réduire la circulation automobile dans les villes ?

Comment accepter une augmentation de la pollution par la disparition programmée de ce « poumon vert » dans ce secteur très dense et ceci à l’encontre des dispositions de la loi sur l’air de madame Corine Lepage, ancien ministre de l’environnement de M. Juppé ?

Pourquoi un mac-drive plutôt qu’un équipement collectif (école, crèche, espaces verts, parkings de proximité, maison de quartier…) alors que le quartier voit les résidences pousser comme des champignons ces dernières années sans aménagement nouveau ?

Il existe en droit la « théorie du bilan » très souvent appliquée par les juges en matière d’urbanisme. Elle vise tout simplement à peser le pour et le contre de l’opportunité d’un projet au regard des avantages et inconvénients…

Espérons que M.Duchène, en tant qu’adjoint au maire chargé de l’urbanisme aura la sagesse et le courage politique d’appliquer ce principe de proportionnalité !

 

 

L’ANCIENNE LAITERIE, RUE DE C.A.U.D.E.R.E.S.

 

Après avoir déposé un recours pour annulation auprès du tribunal administratif contre le premier projet de résidence au bas de la rue de caudères, au vu des différentes irrégularités que comprenait le permis, l’association en concertation avec les responsables de l’opération a permis la révision du projet.

 

Nous tenons à souligner l’effort consenti pour le traitement des abords avec la réalisation d’espaces verts qui viennent s’intégrer dans le nouvel espace public aménagé au carrefour.

Si un dialogue constructif a pu s’instaurer entre le promoteur et les représentants de l’association , il n’en a pas été de même avec la mairie de Talence qui nous a conseillé de retirer notre recours en soulignant les frais auxquels nous nous exposions.…..

 

Jugement a été rendu par un non-lieu à statuer, l’ancien permis ayant été retiré, avec condamnation de la mairie de Talence au vu des pièces du dossier à verser 800 euros à l’association au titre des frais irrépétibles.

 

Pourquoi ne pas instaurer un dialogue avec les habitants plutôt que de faire payer indirectement les contribuables ?

 

Article paru dans le journal Cauderes N° 8 (juin 2003)

EDITO : DE LA DEMOCRATIE PARTICIPATIVE

La volonté politique, commune à tous les discours, d’une avancée de la démocratie, permettant de « rendre le pouvoir aux citoyens » n’est en fait le plus souvent qu’une velléité traduite en promesse électorale sans lendemain.

 

La loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité reconnaissait en la démocratie participative le complément indispensable à la démocratie représentative. La crise du lien social n’est pas tant le fait de la crise de la démocratie représentative qui mérite d’être améliorée mais résulte du caractère inachevé de la démocratie lorsqu’elle n’est que représentative. 

 

Les outils de la démocratie participative existent et depuis une dizaine d’années s’améliorent ; ils permettent aux citoyens des communes, des départements et des régions d’être mieux informés, d’être consultés et de participer. Trop souvent ces outils sont entre les mains de responsables politiques dont la préoccupation première est de faire passer leur politique. Or la démocratie locale suppose le débat public ; elle n’est complète que si elle s’accompagne d’un dialogue.

 

 

Les derniers outils créés à la faveur de la loi relative à la démocratie de proximité, les conseils de quartier sont le plus souvent des lieux de confrontation entre élus et habitants où chacun campant sur ces postions laisse installer un dialogue de sourds.

 

Comment pourrait-il en être autrement ?

 

Les élus, de leur estrade affichent leur décision en tentant d’expliquer que ce qui bon pour eux est obligatoirement bon pour les autres.

Les habitants, frustrés d’être dépossédés du moindre pouvoir d’influence sur leur cadre de vie manifestent avec d’autant plus de violence leur mécontentement.

Si rien ne change, les conseils de quartier vont être désertés et deviendront des chambres d’enregistrement en perdant toute légitimité au regard de la loi.

Comment instaurer le dialogue ?

En réfléchissant ensemble à des règles de participation.

En demandant aux élus de jouer pleinement leur rôle de représentant pour lequel ils ont été élus.

En invitant les habitants à penser collectivement pour leur quartier et non pas seulement pour leur pas de porte……

 

Article paru dans le journal Cauderes N° 8 (juin 2003)